MELODIE◗ get off of my cloud

Partagez | .
avatar
Mélodie A. Nikolaïevna
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2697-melodie-titreavenir#service of the queen, une des membres du staff !
► Ami à poil : Un chat noir, Alex !
► Mes messages : 1373
► La boite à cookies : 424
► Date d'inscription : 30/10/2016
► Date de naissance : 10/01/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Mélodie A. Nikolaïevna qui boit son thé le Jeu 7 Déc - 18:04 ► réponds-lui !


Mélodie A. Nikolaïevna
10.01.1989 à Parisécrivaine pour enfants
Franco-Russemon cœur est totalement teuteu
featuring emily bett rickardsje bois trop de thé

Mes surnoms ० Actuellement ? Teuteu et Baboushka par mon colocataire et je ne cherche pas à savoir pourquoi mais bon… il aime ça en fait. Après mon vrai prénom, c’est Anastasia mais j’utilise toujours Mélodie Duchamps car tout le monde ignore ma vraie identité… même moi. mon orientation sexuelle ० hétérosexuelle, je n’ai jamais eue de doutes à ce sujet.. mon statut matrimoniale ० je suis techniquement célibataire mais c’est étrange en quelques sortes. C’est compliqué. Je me sens bizarre parfois comme si je n’étais pas célibataire mais que je le suis. C’est bizarre. Vous comprenez tout de suite pourquoi je suis teuteu ? mon parcours professionnel ० De base, je suis diplômée en droit mais suite à mon amnésie, je l’ignore sauf que parfois me revienne d’étrange manie de connaitre ce monde bien trop. Suite à mon amnésie, j’ai fait des petits boulots pour m’en sortir. J’ai même posée en lingerie. Puis un jour, j’ai réalisé une enfant et j’ai envoyé mes manuscrits à un éditeur. Depuis une année et demie, je vis grâce à mes livres qui résument les aventures d’une petite fille et de ses peluches qui s’animent la nuit. Londres et moi ० Je suis à Londres depuis 2 années et demi, j’ai passée 15 mois avant cela à Brighton. Je suis arrivée suite à un agent qui m’a proposée de poser en lingerie. Avant cela, je servais des crèmes glacées sur le sable de Brighton. Ma Citation favorite ० You can close your eyes to reality but not to memories.  Mes autres détails ० J’ai un petit chat, Alex. Je l’adore. Il est noir et a des yeux jaunes. Il a un pelage long et tout doux. Je fais du diabète avec une indépendance à l’insuline. J’ai une cicatrice sur l’abdomen gauche depuis 4 années, une blessure à cause d’une lame. Je suis amnésique, j'ignore donc qui je suis depuis 4 années.Et je ne cherche pas à savoir qui je suis. Je me fais appeler Mélodie Duchamps.

Code:
Mode d'emploi pour le questionnaire : remplacé le<oui></oui> ou <non></non> ou  <maybe></maybe>

PAR <check></check> et nous vous demandons de ne pas rajouter d'espace entre les balises. S'il y a à la prévisualisation un décalage et des scrollbar, ne vous en faites pas, il disparaitra et ce n'est donc pas un bug de vote part.
YESNoMaybe
Tu aimes vivre en colocation ?

Estimes-tu gagner un bon salaire ?

Tu adores Londres ?

Tu aimes la sonnerie de ton réveil ?

As-tu fais tous les musées gratuits ?

On t'a déjà planquée dans un four ?

Tu prends le métro bourré parfois ?

Connais-tu le manager du pub de ta rue ?

Tu t’es déjà disputé avec ton banquier ?

As-tu toujours payé ton loyer à temps ?

Caches-tu des photos compromettantes ?

Cuisines-tu tes œufs au microwave ?

Tu as déjà tenté Tinder ?

Serais-tu prêt à porter un pull de noël ?  

Tu te sens parfois comme un alien ?

Parfois tu te tapes la tête contre le mur ?

Parfois tu te tapes la tête contre le mur ?

Tu proutes en dormant ?  

T'as déjà mangé des bébés ?  

T'aimes fourrer la dinde ?  

T'es pour le brexit ?  

T'aimes chanter sous la douche ?

Tu fais du piano sur Piccadilly ?

Tu sais manier les shurikens ?  

Tu collectionnes les cartes de fidélité ?  
Qui suis-je ? Je pourrais décrire ce que j’aime, qui je suis mais en fait ? Je n’en sais rien. Tout vient naturellement comme si cela avait toujours été là mais j’ignore le pourquoi. J’ai perdu la mémoire et je sais au plus profond de moi que je ne veux pas la récupérer pourtant je déteste ne plus savoir qui je suis mais je sais que c’est une souffrance qui me ronge. Je me sens faible, le suis-je ? Je n’en sais rien. J’ai découvert avoir des gouts très prononcés pour les robes et talons. J’aime m’habiller et surtout faire du shopping. Je pense être une fille normale. Je semble normale. Je ne me prends pas la tête. En général, je cherche une solution pour tout arranger. J’ai le réflexe de recoiffer mes cheveux assez souvent du coup, je les attache pour éviter de battre celui-ci sinon mon colocataire se fout de ma gueule. Je me sens en général assez bien même si je sais qu’il me manque des choses dans ma vie. La blague. Il me manque mon passé et tout en fait. Je réagis assez mal quand on me demande de parler de mon passé. J’adore m’enfermer dans ma bulle autour d’un thé et oublier le monde. En fait quand je suis seule, personne ne cherche à savoir qui je suis ou à savoir pourquoi je ne veux pas savoir qui je suis. C’est étrange ? Oui. Totalement. Je n’aime pas trop les fastfoods mais j’adore cuisiner et surtout la paella. Je parle Russe, français et anglais. Je vous assure que j’ignore comment… c’est ainsi, c’est tout. C’est en comprenant un langage et me mettant à demander aux gens… la langue qu’ils emploient que je découvre tout cela. Je suis à chaque fois surprise quand je peux aider des gens qui se posent des questions sur le droit. J’ai un sens assez fort pour la justice. J’aime quand les gens sont traités avec justesse et quand le mal triomphe. Je ne crois pas à la peine de mort ou à la vengeance. Je n’ai apparemment pas de tatouage et je ne me sens pas intéressée par cela. Je vois le monde assez positivement en général mais je suis comme un nouveau livre, je n’ai rien vraiment pour voir le monde comme il est. Je me sens parfois comme un bébé qui reprend depuis le début. Je passe mes journées bien souvent à la maison en pyjama ridicule avec un bon thé et mes bouquins. Parfois je vais au Starbucks le plus proche pour bucher sur mes écrits. Je n’aime pas le lait, je n’en bois pas. Qu’il soit chaud ou froid mais je peux l’utiliser à la cuisson. Parfois je griffonne donc dessine pour me sentir bien. J’ai apparemment une peur bleue des souris et des clowns… On en apprend tous les jours mais quand tu hurles de panique en allant au cirque, c’est mauvais signe. J’adore prendre des photos et peindre. Cela me détend. Cela fut ma thérapie quand j’étais à Brighton. J’ignore si j’étais douée avant ou si c’est nouveau pour moi. Parfois je peux passer 2 jours sans parler à un seul être humain. J’aime aller à la salle de sport 2 fois par semaine pour évacuer mon énergie. J’ai l’impression de renfermer tellement de colères et frustrations que j’ai besoin de les éliminer.
mon pseudo ० ici. moi et asfos ० comment tu es arrivé ici, etc. mes préférences en rp ० longueur. mes murmures personnelles ० ici, tu peux mettre ton âge, ton prénom, tout ce que tu veux. Libre à toi d'en garder secret. Tu peux rajouter ton pays, etc... tes hobbys ० t'aimes faire quoi dans la vie ? Le détail en commun ० avec ton personnage. Ma question ० si tu as des questions, c'est le bon moment. mes amis ० si tu n'es pas seul, dis-nous avec qui tu es là ou qui t'a parrainé ou alors de qui tu es le scénario aussi... ainsi on saura comment t'aider encore mieux à rejoindre la famille.
Code:
codebottin à viendir


_________________

If I should stay... i would only be in your way, so I'll go, but I know ! I'll think of you ev'ry step of the way and I will always love you... I will always love you.


Dernière édition par Mélodie A. Nikolaïevna le Jeu 7 Déc - 22:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mélodie A. Nikolaïevna
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2697-melodie-titreavenir#service of the queen, une des membres du staff !
► Ami à poil : Un chat noir, Alex !
► Mes messages : 1373
► La boite à cookies : 424
► Date d'inscription : 30/10/2016
► Date de naissance : 10/01/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Mélodie A. Nikolaïevna qui boit son thé le Jeu 7 Déc - 18:30 ► réponds-lui !


I set the camera up
and tell my story
If you want a happy ending, that depends, of course, on where you stop your story

« Il était une fois… », un stupide début bien trop souvent utilisé. Pourquoi les contes de fées ne peuvent arriver qu’une fois d’abord ? Je n’en sais rien. Les contes de fées, on en entend tous parler. On n’y croit ? On n’y croit pas. Qu’importe. On en parle. Dans le fond, toutes les petites filles rêvent d’être une princesse. Elles veulent leur prince, la cape, l’épée et la pomme empoissonnée. Elles veulent se réveiller d’un doux baiser. D’après les auteurs, la fin heureuse finie dans le sang… ce n’est pas tellement glorieux mais au fil des années cela fini par un « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Bien plus joyeux. Devons-nous vraiment y croire ? Les sirènes aux cheveux rouges qui en perdent la voix pour gagner des jambes ? Les princesses qui dorment pendant plus de 100 années. Les sept nains sans mauvaises intentions en acceptant une jolie fille sous leur toit ? Ne me dites pas que c’est seulement par ce qu’elle fait de bonnes tartes aux pommes. Non. Peut-être que j’y crois mais cette fois-ci ? Je dois vous raconter l’histoire d’une duchesse de Russie. Non. Pas celle que vous pensez. Cette princesse vit à l’époque des iphones, voyons. C’est peut-être votre sœur ou c’est peut-être moi ?

Il était une fois une petite brune aux yeux bleus donc les joues étaient aussi rouge que pommes. Son sourire émerveillait tellement ses parents et son grand-frére. Elle n’était pas une princesse. Non. Elle était une duchesse de Russie mais pour elle ? Ce n’était rien. Elle ne savait même pas ce qu’était une duchesse. De sa petite voix cristalline, elle se contentait d’aimer sa vie. Ses parents étaient heureux. Amoureux. Sa maman était russe et son papa français. Ils s’aimaient tellement. Et il y avait son petit frère. Lui aussi à moitié Russe et à moitié Français. Il était si gentil, toujours avec elle. Il la protégeait. Chaque année, elle patientait sous le sapin. Non pas pour ses cadeaux mais pour voir ses parents s’embrasser sous le gui. Cette petite fille a été éduquée normalement. Jamais trop gâtée. Elle n’avait qu’un jouet par fête. Elle pouvait avoir ce qu’elle voulait mais avec raison. Elle n’a jamais été une petite fille capricieuse. Jamais. Elle était généreuse. A l’aube de ses 10 ans, elle avait décidée de faire cadeau de tous ses jouets à un orphelinat. Et elle allait jouer avec eux tous les mercredi après-midi après l’école. Cette duchesse grandissait simplement en sachant que d’autres n’avaient pas la chance dont elle a hérité. Elle ne s’est jamais vue comme une princesse, comme une duchesse ou comme une fille riche. Jamais. Son enfance fut tout ce qu’il y avait de plus normal.

Plus les années passaient et plus sa générosité fut dominante. Elle pensait aux autres. Beaucoup. Bien trop. Ses parents ne savaient pas vraiment comment ils avaient réussis à la rendre ainsi. C’était naturel. Elle était ainsi. Elle ne changerait pas de si peu. Et puis la duchesse grandissait. Elle devint une belle jeune fille. Elle profitait tellement de la vie. Elle avait des amis, beaucoup. Rares sont les gens qui détestaient cette jeune fille. D’ailleurs, elle s’appelait Anastasia. Encore une fois, ce n’est pas cette duchesse. Non. C’est une autre. Une plus jeune et même si elles sont liées, elles ne sont pas la même personne. Anastasia découvrit alors les garçons. Un premier baiser. Un sourire. Par ici et par là. Pourtant elle n’allait pas plus loin. Elle savait prendre son temps. Profiter. Elle ne voulait pas se presser. Puis rappelons que c’est un conte de fée… si on veut fini chez Disney, pas de sexe. De toute façon, son frère ne laisserait même pas une mouche aller sous la robe de sa petite sœur. Mais c’est le 12 mai 2006 que tout changea. Ce n’était qu’un bal pendant les vacances de printemps. Elle allait souvent à Saint Petersburg pour les vacances quand ce n’était pas Moscou. Ce bal, elle ne pourra jamais l’oublier. Jamais. Ses longs cheveux étaient soyeux, coiffés comme l’on astique une poupée. Sa robe lui allait comme un gant mais forte heureusement, elle adorait en porter. Son sourire n’était pourtant pas de la partie. Elle s’ennuyait tellement souvent. Se retrouver alors à version des verres de champagnes dans les pots de plantes. Ne cherchez pas pourquoi, ils veulent faire boire une adolescente de 16 ans. Elle n’avait pas l’âge. C’était une fraude. Mais elle s’amusait. « Les plantes finiront à danser sur les tables. », c’est toujours ce qu’elle disait à sa gouvernante qui s’en esclaffait. La plupart du temps. Elle n’avait jamais de gouvernantes à Paris. Non. Là, c’était différent. Elle était dans un pays où tout était différent. Elle était escortée. Elle était protégée. Elle était surveillée. Elle n’avait jamais vraiment compris ce qu’il se passait. C’était un jeu pour elle. Un jeu lassant mais un jeu. Et lui, il était là. Oui, ce jour-là, il était là. Elle était si jolie mais si nerveuse devant cet homme. Pourquoi ? Elle en avait connu avant et ce n’était même pas encore un homme. Il avait juste quelques bougies en plus mais il la remarquait.

Il vivait en Russie et elle en France. Cela se compliquait vraiment pour cette douce blondinette. Son frère n’était pas d’accord. Non. Pas du tout. Elle tombait amoureuse de par des lettres et mails. Elle tombait sous son charme. Elle était une rivale pour la famille de cet homme sans couronnes. Elle ? Elle s’en fichait. Elle n’avait jamais rêvée devenir Juliette. Il n’avait sûrement jamais rêvé d’être Roméo. Mourir ? Non. Trop peu pour elle. Elle se contentait simplement de penser à lui quand il était loin et écrire son prénom partout. Bon, ils grandissaient. Lui rentrait à l’armée Russe et elle se contentait simplement de se lancer dans des études de droits. Un couple de longue distance. Ils étaient rôdés. Vraiment. Puis le jour ou le test fut positif ? Tout changea. Aussi simplement que cela. Elle se retrouvait alors enceinte et lui, loin. Encore. Elle voulait du vrai. Elle voulait du sûr. Elle lui demandait alors de rester, pour elle. Elle lui demandait de ne plus partir, pour elle. Ou pour elles ? Car Iéva était née. Cette petite fille qui était plus russe que français. Elle était si belle. Ils se fiancèrent et vivent ensemble. Tout semble si romantique en apparence mais cette duchesse se disputait souvent avec son grand frère à ce propos. Il ne fait pas confiance en son beau-frère. Pas du tout. Il ne l’aime pas. Il n’a jamais aimé ses petits amis après tout. La jeune princesse comprenait, vraiment. Elle savait qu’il voulait juste protéger cette blondinette. Il voulait savoir qu’elle était en sécurité. Il voulait la garder aussi heureuse que possible. Il l’avait vu pleurer pendant que l’homme qu’elle aime était loin. Il l’avait vu prier pour qu’il revienne en vie. Pourtant il repartait encore. Cela n’est pas la seule raison qui font qu’il n’a pas confiance… c’est ainsi, c’est tout, il ne l’aime pas. Comme deux et deux font quatre. Il n’a jamais pu l’aimer, tout simplement. Et elle ? Elle s’y fit. Elle finissait par s’y faire. Que faire d’autre ? Elle allait bientôt se marier. « Pourquoi fais-tu, ça ? », lui demandait-il de sa voix inquiéte. « Pourquoi l’épouser seulement maintenant ? Vous êtes ensemble depuis bientôt 8 ans et il veut seulement t’épouser maintenant et vous avez un enfant… tu trouves vraiment cela normal ? Il y a un truc qui cloche. Je ne veux pas qu’il te brise le cœur ! », disait-il à sa petite sœur. Caressant sa joue, il la regardait avec tendresse. Comme un grand-frère. Il déposait un baiser sur sa joue avant qu’elle ne recule. « Si ce n’est pas cela qui pourrait clocher, c’est autre chose. Il y a toujours un truc qui cloche dans notre relation pour toi, toujours. Il est bien et il me traite bien. N’est-ce pas suffisant ? Je ne comprends pas pourquoi tu ne l’aimes pas. Il n’a rien fait de mal… certes, il a été lent mais il était loin. Une relation à distance n’est jamais facile et je sais que tu n’as jamais compris cela mais c’était aussi mon choix de ne pas aller en Russie. Suis-je aussi étrange et ne mériterais-je également pas que l’on ne me fasse pas confiance ? », lui disait-elle simplement. Elle prenait la défense de mon fiancé. Cette duchesse si diplomate restait calme comme crème. « Je ne viendrais pas au mariage ! », disait-il alors d’un ton sec. « Je ne veux pas te voir gâcher ta vie avec un homme qui un jour te fera souffrir ! », disait-il à la duchesse qui s’offusqua. Ses joues se rosaient tandis qu’elle sentait les larmes border ses yeux. « Tu es sérieux ? », demandait-elle. « Ce n’est pas lui qui me fait souffrir, là, c’est toi ! », finissait-elle par renchérir. Son regard se tournait. Cette duchesse n’avait pas le cœur brisé par l’homme qu’elle aime mais par son âme sœur, son frère. Ni l’un, ni l’autre ne s’adressèrent la parole avant les fêtes de noël. Avant le mariage du 25 décembre 2015. Elle se refusait de penser à lui, son frère. Elle n’en parlait à personne. Non. Personne.

Moins de 24 heures. Cela lui faisait bizarre. Douce impression. Douce panique. Elle avait peur. Pourquoi ? Elle l’aime. Mais elle avait peur. Comme un pressentiment. Cette peur l’effrayait. Cela peut sembler ironique mais c’est ainsi. Le sapin illuminait le salon tandis que ses parents savouraient un chocolat chaud. Ils étaient chez eux pour cette journée si importante. Le 25 décembre. Ou était-il ? Son fiancé ? Son prince ? Sa cape. Son épée. Cela porte malheur de voir la mariée 24 heures avant le mariage. Iéva, cette douce petite était non loin de sa maman. « Tu sais maman que tu devineras jamais le cadeau que je t'ai fait. En plus je l'ai acheté avec l'argent à papa. », disait-elle de sa voix cristalline. La duchesse s’esclaffa. La regardant en trémoussant son petit nez. « Laisses-moi deviner… un bijou ? », demandait-elle alors. « De pâtes ? », fut la taquinerie qu’elle trouvait tandis qu’elle reposait son regard sur ce livre qu’elle dévorait à tous les noëls. Les contes de Monsieur Scrooge. Peut-être tirait-elle sa générosité de celui-ci ? On n’en savait rien. Anastasia ne réagissait même pas au fait qu’on frappait à la porte. Elle pouvait entendre son père se lever pour aller ouvrir la porte. Elle regardait sa maman le rejoindre mais pour aller dans la cuisine. Et là ? Un coup de feu se fit entendre avec quelques hurlements de douleur. Tout s’enchainait tellement rapidement qu’elle ne pouvait pas réaliser ce qu’il se passait. Elle n’avait même pas le temps de pleurer ses parents qu’elle devait protéger son enfant. Et là, ils s’attaquèrent à elles. La poignardant alors assez maladroitement et la balançant contre le sol. Son front cognait alors le coin de la table. Elle fut sonnée. Combien de temps ? Cela lui semblait être une éternité. Une mare de sang. Elle ignorait si c’était le sien. Elle ignorait… mais actuellement ? Ce n’est plus un conte de fée. Couchez vos enfants à nouveau. Cette jeune femme voit son cauchemar se réaliser. Elle peut apercevoir le corps de ses parents au loin, des bruits d’un autre et elle sent le corps mourant de sa fille contre le sien. Une balle. Le ventre. Ou peut-être le cœur. Tout est flou. Mais elle ne sait pas vraiment qui elle est. Non. Elle ne sait même pas comment elle est arrivée là. Que se passe-t-il ? Son réflexe fut de se lever et courir. Sortir de l’immeuble. Grimper dans le premier bus. Elle ne savait pas pourquoi elle courrait. Non. Pas du tout. Elle courrait. Elle s’enfuit. Elle quitte le pays et se fait soigner par une gentille jeune femme à la frontière. Elle est blessée. Cette femme l’aide pour avoir des papiers. Une identité. Cette femme fut sa sauveuse. Elle avait bizarrement compris qu’il fallait la protéger. Elle fut tout pour. Anastasia ne comprenait pas ce qui se passait. Toutes les journées après ce drame furent flou pour elle… autant oubliés que son passé. Elle lui fut teindre les cheveux en blond. Elle fut tout pour calmer les peurs de cette jeune fille pétrifié et blessé. Elle lui trouva donc une place dans le prochain ferry pour Brighton. L’Angleterre. Anastasia ignorait qui elle était. Totalement. Elle était Mélodie. Qui est Mélodie ? Elle n’en a aucunes idées. Vraiment aucunes. Mélodie n’aura jamais sue le prénom de sa sauveuse. Dans le fond, c’est peut-être mieux ainsi ? Elle n’aura non plus jamais sue pourquoi elle ne sait plus qui elle est. Non. Mélodie est partie pour une nouvelle aventure. Vide. Comme une coquille dont l’escargot a quitté le navire. Est-ce ce coup sur la tête ? Peut-être. On n’en sait trop rien.

Mélodie vit de belles aventures. Sans eux. Elle a enchainée des boulots aussi ridicules les uns que les autres. Elle a même déménagée pour Londres. Elle a posée en lingerie. Elle a vécue en colocation. Elle a eue 4 années normales. Cette jeune femme n’est pas tellement différente de cette duchesse. Elle est généreuse et rêveuse. Elle écrit et elle vit heureuse malgré ce vide. Mais ce conté aurait-il une fin heureuse ? Cette duchesse retrouvera-t-elle la mémoire ? Elle ne le désire pas pour l’instant. Et si un prince venait la secourir. Son prince et leur grenouille qui a survécu ? Mais son grand-frère sait depuis le début qu’elle a survécu, ou elle est et qui elle est. Toujours aussi protecteur. Il ne l’a jamais quitté du regard mais la protège en secret.


_________________

If I should stay... i would only be in your way, so I'll go, but I know ! I'll think of you ev'ry step of the way and I will always love you... I will always love you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Madison P. Jones
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2695-madison-titreavenirservice of the queen, une des membres du staff !
► Ami à poil : Sixteen et Maelan, mes poissons rouges. Je leur parle souvent !
► Mes messages : 1010
► La boite à cookies : 480
► Date d'inscription : 22/12/2016
► Date de naissance : 10/01/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Madison P. Jones qui boit son thé le Mar 23 Jan - 21:01 ► réponds-lui !


_________________
Am I out of my head ? Am I out of my mind ? If you only knew the bad things I like, don't think that I can explain it. What can I say, it's complicated, don't matter what you say, don't matter what you do. I only wanna do bad things to you, so good, that you can't explain it. What can I say, it's complicated ! Okay, yeah, I'm insane but you the same !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
I don't care, go on and tear me apart
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui boit son thé le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» IUT Saint-Cloud DUT Année Spéciale - admissions 2009
» DUT Année spéciale Saint-Cloud
» Dossier DUT AS ST Cloud : besoin de renseignements
» Le Cloud, faut il faire attention ?
» DU Médiadix (St Cloud)