sofia◗ elle etait si belle, la poupée. celle que les anges avaient oublié.

Partagez | .
avatar
Sofia-Poeiti M.-Jones
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2642-sofia-qu-est-ce-que-service of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1711
► Ami à poil : mahana, une petite pinscher toute noire
► La boite à cookies : 772
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Sofia-Poeiti M.-Jones qui boit son thé le Dim 10 Déc - 18:59 ► réponds-lui !


  SOFIA POEITI MAEA-JONES
  02.02.2000 à londreslycéenne / mannequin.
  anglo-hawaiennemon cœur est libre
  featuring natalie alyn lindje bois trop de chocolat chaud

 
Mes surnoms ० communement raccourcis en so' ou soso t'as pas vraiment de surnom. mon orientation sexuelle ० tu ne t'ais jamais posé la question, t'as jamais été attiré par les filles alors tu sais que tu es hétéro même si tu es difficile en matière de mecs. mon statut matrimoniale ० célibataire mon parcours professionnel ० tu es encore lycéenne et dès l'années prochaines tu iras à l'université pour étudier le sport. tu ne sais pourtant pas encore ou tu iras. tu es capitaine des cheerleaders depuis un ans maintenant et vous vous préparez pour les prochaines compet'. Depuis quelques mois tu es aussi mannequin pour la marque de fringue en vogue de ta tante. Londres et moi ० tu y vis depuis toujours, tu es née à londres et tu y as grandi. tu vis encore dans la maison familiale avec ta mère sur nothing hill et parfois tu esperes même croiser Hugh Grant. Ma Citation favorite ० mon corps est un temple c'est pour ça que tu ne bois pas, ne fume pas et ne te drogue pas. Mes autres détails ० tu as une petite pinscher toute noire d'un an  appellée Mahana. tu es polyglotte, en effet tu parles anglais, hawaien, francais, espagnol et japonais.

   
YESNoMaybe
Tu aimes vivre en colocation ?

   
Estimes-tu gagner un bon salaire ?

   
Tu adores Londres ?

   
Tu aimes la sonnerie de ton réveil ?

   
As-tu fais tous les musées gratuits ?

   
On t'a déjà planquée dans un four ?

   
Tu prends le métro bourré parfois ?

   
Connais-tu le manager du pub de ta rue ?

   
Tu t’es déjà disputé avec ton banquier ?

   
As-tu toujours payé ton loyer à temps ?

   
Caches-tu des photos compromettantes ?

   
Cuisines-tu tes œufs au microwave ?

   
Tu as déjà tenté Tinder ?

   
Serais-tu prêt à porter un pull de noël ?  

   
Tu te sens parfois comme un alien ?

   
Parfois tu te tapes la tête contre le mur ?

   
Parfois tu te tapes la tête contre le mur ?

   
Tu proutes en dormant ?  

   
T'as déjà mangé des bébés ?  

   
T'aimes fourrer la dinde ?  

   
T'es pour le brexit ?  

   
T'aimes chanter sous la douche ?

   
Tu fais du piano sur Piccadilly ?

   
Tu sais manier les shurikens ?  

   
Tu collectionnes les cartes de fidélité ?  

tu as toujours été hyperactive, mais pas dans le sens ou tu es incapable de te concentrer mais plutot dans le sens ou il faut que tu bouges sans cesse dans tes activités. tu fais du cheerleading depuis ton entrée au lycée, tu fais de la danse classique depuis que tu es petite, tu fais ton footing dès que tu peux et tu vas aussi à la salle de sport et tu te balade en skate. tu adores le sport et ça fait partie de ta vie, intégralement. tu parles plusieurs langues. l'anglais et l'hawaien sont tes langues maternelles, tu les parles depuis toujours. l'espagnol font partie de tes origines et tu le parles avec aisance également. Tu as appris le français à l'école et le japonais avec les mangas que tu lis et les animés que tu regarde. tu as une facilité incroyable avec les langues. tu regardes pas mal de séries télés. tu adore doctor who, lucifer, teen wolf, the big bang theory, et encore plein d'autres. tu as même netflix sur ton telephone pour pouvoir regarder dans le bus ou dans le métro ou peu importe ou ailleurs. t'es un peu geek sur les bords. tu aimes autant les mangas que les animés, que les jeux videos ou encore la science fiction. tu aimes wolverine, dark vador avant qu'il ne se fasse bruler la tronche. tu aimes éclater les autres sur tekken ou encore perdre ton temps sur les sims. t'es pas farouche, t'es pas une fausse saint t'as perdu ta virginité il y a peu de temps mais tu n'étais pas innocente pour autant. tu l'avoues, t'as deja mater des films pour adultes, ça fait ton éducation et surtout, ca a évité que tu sois terrifiée au moment de passer a l'acte. mais bon, c'est quand même moins cheloux en vrai que dans leur film parfois bien cheloux. t'es pas fan de la neige. c'est froid. ça mouille et et c'est glissant. Ca doit etre ton coté hawaien qui apprécie la chaleur du soleil. Mais t'aimes quand même l'hiver, t'aime le coté cocooning avec chocolat chaud et plaind devant une série télé. t'es accro aux reseaux sociaux, surtout instagram. tu postes tout dessus, que ce soit la derniere jupe achetée, la tenue des cheerleaders ou encore Mahana avec un tshirt. Tu postes tout, que ce soit toi en avec un decolleté ou un shoot de mannequinat, ou encore la tasse de chocolat viennois que tu viens de te faire. tu t'en fiche que tes oncles et ta tante te suivent et voient tout. tu fais attention à ce que tu manges, pas d'alcool, pas de tabac, pas de drogue, pas trop gras. mais tu fais tellement de sport que tu élimines rapidement. contraitement à ta mère tu n'es pas végétarienne, tu adores la viande. mais tu fais attention a manger équilibré et tu évites les fast-food trop souvent. ta mère va avoir des bébés, parce qu'elle fait pas sa simplement. tu te sens de trop dans cette nouvelle relation qu'elle a avec son poisson globe. tu vas etre grande soeur mais ca te fait pas plaisir. ils vont prendre ta place, t'as peur d'etre rejetté, oublié. c'est pas comme si vous aviez trois ans d'ecart,  mais dix-sept. elle veut que tu sois mature avec tout ca, mais c'est impossible. tu viens de perdre ton père et t'as l'impression que dès que ces gosses viendront au monde, tu perdras ta maman.
mon pseudo ० rainbowsmile. moi et asfos ० j'y été deja mes préférences en rp ० moyenne de 500/600 mots. mes murmures personnelles ० aurore, 28 ans, fr. tes hobbys ० -- Le détail en commun ० j'aime les mêmes passion qu'elle, sauf le sport lol Ma question ० -- mes amis ० --
   
 
Code:
codebottin à viendir
   
 


Dernière édition par Sofia Maea-Jones le Jeu 18 Jan - 17:27, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sofia-Poeiti M.-Jones
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2642-sofia-qu-est-ce-que-service of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1711
► Ami à poil : mahana, une petite pinscher toute noire
► La boite à cookies : 772
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Sofia-Poeiti M.-Jones qui boit son thé le Dim 10 Déc - 18:59 ► réponds-lui !


I set the camera up
and tell my story
If you want a happy ending, that depends, of course, on where you stop your story


▬ welcome & bienvenue. welcome.
Tu n'as jamais été désirée. A vrai dire, ta naissance n'aurait surement jamais du avoir lieu. Tes parents n'étaient de des meilleurs amis, des gens proches qui dans une soirée un peu trop alcoolisée ont finit par partager le même lit. et neuf mois plus tard tu venais au monde. Ta mère aurait pu avorté, abandonné l'idée de devenir mère avec un homme qu'elle n'aimait pas de la bonne façon mais pourtant tu étais bien là, dans ses bras. chauve et frippée. tu venais de venir au monde avec tes grands yeux curieux. tu reconnaissais cette voix, qui te parlais pendant des mois entiers quand tu étais encore dans ton cocon. et puis il y avait l'autre voix, plus grave, mais tout aussi tendre, que tu pouvais entendre aussi depuis le ventre ou tu grandissais doucement. tu es venue au monde entourée d'amour, d'attention. Malgré le fait que cette grossesse n'aurait jamais du arrivé, que toi, tu n'étais pas attendu.. tu es venue au monde dans l'amour de tes parents et finalement, tu es devenue le ciment de leur amitié, et surement, de cet amour qu'ils pensent partager. tu grandis dans une jolie maison sur londres. entourée par tes parents, ta tante. tu as une belle famille, et tu adores passer du temps avec eux. ta famille est pour toi la chose la plus importante au monde. et tu te souviens principalement de ce joli reveillon de noel. il y avait papa, maman, tante alisson et vous aviez passé un bon moment, tous ensemble autour d'un bon petit plat. et puis tu as eu le plus beau cadeau de noel. Un appareil photo. tu as sauté de joie, et tu as passé le reste de la soirée, de la nuit et des jours qui suit à prendre des photos de tout et de rien. tu n'as que six ans, et déjà tu es bien curieuse pour ton âge. tu as embêter ta mère, dès qu'elle faisait quelque chose que tu aimais bien. Tu as alors une collection de premieres photos, parfois floues, de ta mère cuisinant, de ton père qui monte un meuble, ou des choses dans ce genre là. ça t'arrive souvent de les regarder, pour te souvenir qu'avant tout semblait si facile. quand ta mère s'installe a coté de toi avec un album photo, tu sais que tu vas entendre de superbes histoires familiales. tu grimpes sur le divan, sur ses genoux et tu plonges la tête dans l'album, le regard capturant chaque photo. et quand vous arrivez à cette photo ou ta maman se trouve en compagnie de ton grand père, tu tournes les yeux vers elle.Ton papi est un homme brave et courageux, et il manque terriblement à ta mère. ça ce voit dans ses yeux. elle dit qu'elle ne pleure pas, mais toi, tu le vois bien. Alors tu passes tes bras autour de son cou pour lui faire un calin et lui dire simplement que tout vas bien. tu es une petite fille mature pour ton âge, tu sais faire la différence entre le bien et le mal, entre tes bêtises, et les choses bien que tu peux faire pour les rendre heureux. ton père, c'est un géant. il est hyper grand, super musclé, mais hyper gentil ! ton papa c'est juste le meilleur de toute façon. quand tu es fatiguée, quand tu es malade, il est toujours là avec ta mère mais tu avoues que tu préféres que ce soit ton père qui te borde dans tu es malade. pourtant tu ne supporterais pas que ta mère ne vienne pas faire un bisou sur ton front. mais avec papa c'est différent. tu adores passer du temps avec lui, et il te parle souvent de sa famille à Hawai. tu adorerais y aller, tu parles même la langue locale grace à lui. et puis ton père est fort, il se sert de toi comme des altères bien souvent parce qu'il sait que ça te fait rire et que ça fait rire ta mère.

▬ aloha aloha
des vacances à Hawai, ca fait longtemps que tu n'y avais pas mis les pieds, pourtant la plus grande partie de la famille de ton père y vit encore. tu aimes tes origines même si tu ne ressembles vraiment pas à une hawaienne. tu ressembles à ta mère physiquement, son portait craché parait-il. mais tu sais que tu ressembles à tes deux parents, chacun d'eux déteint sur toi et fait ce que tu deviens aujourd'hui. Au début, tout se passe bien, des vacances de rêves, tu traines à la place, à la piscine de l'hotel, tu rencontre même un garçon qui te fait vivre un reve hawaien. tout devient encore plus magnifique quand tes parents t'annoncent qu'ils vont enfin se marier, là, à Hawai. Et toi, t'es comme une puce boosté à la cocaine, tu bouges dans tout les sens pour faire de ce jour un moment parfait pour eux. et puis le jour même de la cérémonie, tout part en vrille, plus rien n'a soudainement de sens. T'es debout, a la place des demoiselles d'honneur et tu entends ton père dire non, tu entends ton père expliquer qu'il ne veut pas de tout ça. Tu retiens toutes tes émotions à ce moment là : la peine, la colère, la souffrance. Mais le pire dans tout cela c'est que ta mère ne semble pas vouloir se marier aussi. Alors tu es quoi dans tout cela ? une erreur. c'est ce que tu penses. Tu ne veux pas en entendre plus, ils ne sont ensembles que parce que tu es née. tu fuis, quittant la reception et l'hotel pour rejoindre ton flirt de vacances. tu passes deux jours loin de tout, loin d'eux. Mais rien ne s'arrange, tout empire. Ton père s'en va, sans même prendre le temps de savoir si tu vas bien, de t'expliquer, de te rassurer. il se tire et c'est tout. finalement, tu demandes à ta mère de raccourcir vos vacances pour rentrer chez vous. Pourtant, rien ne s'arrange et tout s'envenime. quelques jours plus tard, tu remarques enfin le petit ventre de ta mère et quand elle aborde le sujet, tu apprends que tu vas etre grande soeur, et que leur père n'est même pas le tient. Elle a trompé ton père. mais au moins elle ne t'a pas délaissé pour vivre une escapade romantique a Hawai. parce que ça, tu l'apprends plus tard, que pendant que toi tu pleures et que tu vois ta vie s'effondrer, tes marques partir en fumée, ton père se trouve encore a hawai avec sa petite amie, a vivre de jolies vacances. depuis ce jour, plus rien ne va entre vous, encore moins quand tu apprends que sa petite amie et ta prof de danse sont qu'une seule personne.

▬ in the end
« Ma puce, j’aimerais qu’on parle ! De tout… » Elle va parler de quoi ? De ton père ? D'hawaien ? De tes amours ? Ou du fait que tu ne sors plus, alors que tu n'étais jamais vraiment à la maison avant cela ? tu ne sais pas ce qu'elle va te dire. Ha, peut-etre ce ventre arrondit que tu as remarqué ? Elle va peut-etre enfin t'en parler. « Il faut que je t’avoue… ton père n’est pas le seul méchant de l’histoire…  Enfin… c’est compliqué mais… moi aussi j’ai faite des erreurs ! Je le sais… » Elle a fait des erreurs ? Tu ne comprends pas. Vraiment tu aimerais comprendre. Mais pour le moment tu viens juste prendre place à table alors que tu vois apparaitre la paela. Ton plat préférée, enfin, l'un de tes plats favoris. « Et il s’est passé un truc enfin… il se passe un truc et je ne veux pas te le cacher ! Je n’en ai pas envie même si ça me fait peur de devoir en parler avec toi… (..) Je te promets que je n’avais pas prévue ça… C’est arrivé, comme ça… Je suis tombée amoureuse, c’est tout. » Tu fixes ton assiette en l'écoutant. Ta mère a trompé ton père, elle a fait sa petite vie dans votre dos, elle fait même un gosse. Au final, tout tombe en lambeau de ton coté, et tu ne sais pas comment réagir. t'es calme, finalement, trop calme peut etre. Tu accuses ses paroles. tu prends sur toi. Parce que t'as bien vu son ventre, le fait qu'elle stoppe le vin soudainement, ses douleurs et ses nausées. Tu es dans ta chambre la plupart du temps mais tu l'entends, tu observes les choses, tu ne dis rien, mais tu remarques. « c'est lui le père je présume.. » Dis-tu simplement, lancant un coup d'oeil a son ventre. Elle ne cherche même pas à te le cacher. Au final, tu l'as remercie presque de ne pas te mentir et d'etre franche avec toi. mais voilà, tu déteste ton père parce que c'est lui qui a tout dévoilé, mais au fond, ta mère a vu un autre homme pendant ce temps, et tu ne sais pas comment réagir, tu ne sais pas comment tu dois réagir. Non tu n'es pas heureuse. tu vas etre grande soeur mais tu t'en fiche, t'en as rien a faire de ce bébé, de sa grossesse, de ce type. Tu t'en fiche. C'est égoiste, tu le sais bien, c'est horrible même mais ton monde s'écroule, pendant qu'ils refont les leur. Ton père fait sa petite vie, et ta mère a carrement commencé une autre famille. Mais t'es pas sur d'y avoir ta place. Tu finis par lacher ta fourchette, tu n'as plus faim. « j'ai pas faim. merci pour le repas. » Finis-tu par dire en te relevant. Tu fais demi tour, pour reprendre le chemin de ta chambre mais tu te stoppe, sans meme regarder ta mère pour qu'elle ne voit pas tes larmes. « tu n'auras qu'à me dire quand tu veux que je partes vivre chez papa. » Pour toi, c'est logique, elle refait sa vie, elle a un nouveau mec visiblement, et un gosse, on te remplace déjà. Tu n'as plus ta place ici.

Dans ta tête tout est déjà clair. Tu vas devoir partir de la maison, surement vider tes affaires. Dans ta tête, c'est comme si on te mettait déjà dehors, comme si on te disait que tu n'avais rien à faire ici, que tu n'avais plus ta place. Une petite soeur, un petit frère, tu t'en fiche t'en veux pas. Tu es bien toute seule, tu etais bien toute seule. Tout change, tout part en couille et toi tu ne sais plus comment réagir, comment penser. Tu ne sais plus si tu dois les détester, si tu dois hurler, si tu dois fuir. Tu ne sais plus comment reagir et les propos de ta mère ne t'aide pas a savoir ce que tu ressens vraiment. Tu es finalement rattraper, tu pleures, les larmes roulant sur tes joues blanches. Tu l'écoutes, et tu entends bien ces mots. Pourtant dans ta tête ça ne sonne pas comme ça. Elle dit que tu es importante, mais ce bébé le sera bien plus que toi. Elle dit ca parce qu'elle est en train de culpabiliser, parce qu'elle n'a pas encore accouchée. Quand ce bébé sera né, quand elle vivra avec le père, tu ne seras qu'une nuisance, qu'une erreur passé, qu'une personne de son ancienne vie. Tu ne réagis pas, que ce soit ses caresses ou les baisers sur ta joue. tu n'arrives juste pas à calmer tes larmes, a calmer les sanglots, les tremblements de tes mains, de ton corps. « Tu as le droit de vivre ou tu veux mais je veux que tu restes près de moi… car tu es l’une de mes plus belles réussite. La seule ! » Elle pleure, elle aussi. Mais pourtant, cette fois tu n'as pas le coeur qui se serre à cela. Habituellement tu déteste voir ta mère pleurer, mais là tu lui en veux, tu en veux a tes parents. Tu as passé des jours en vouloir a ton père, mais finalement ta mère n'a pas fait mieux. Tu ne sais pas comment reagir. Tu fais juste un pas en arrière. Ta main passant sur tes yeux pour les sécher aux mieux. « quand ce bébé sera né.. j'existerais plus. » tu ne sais même pas qu'il y en a deux, tu ne sais rien de cette grossesse finalement et tu ne veux rien savoir. Tu veux juste retourner a ta chambre, tu veux juste aller dans ton lit et te couper du monde. Tu ne veux pas parler, ni a ton oncle, ni a sky, ni meme a tes amis, tu ne veux pas, tu veux juste etre toute seule. « après tout... j'suis juste ton erreur de jeunesse. » balances-tu, tristement, avant de reprendre la direction de ta chambre.

Tu ne vas pas bien. Tu le sais. Tu as beau vouloir etre forte pour ta famille, tes amis, ne pas vouloir inquieter les gens mais tu ne peux plus. Les dernières informations recues n'ont fait que ruiner les efforts que tu avais fait pour accepter cette séparation, pour accepté la grossesse de ta mère, pour accepté que ton père n'était pas heureux. Mais tout cela c'était avant de savoir que ton père a tout plaqué pour une femme en qui tu pensais avoir confiance, une femme que tu voyais plusieurs fois par semaine pour les cours de danse, une femme que tu pensais professionnelle. Mais il semblerait que le respect ne soit pas dans leur corde. Et tu en souffre, bien plus que ce que tu pourrais prétendre. Tu as voulut ne rien dire à ta mère, gérer ça toute seule, tenter de te dire que ce n'était pas si grave et même les messages envoyés pour arrêter la danse ne t'ont pas soulagé. Parce que tu aimais bien la danse et ça te fait chier de tout arrêter. Pourtant tu n'as plus le gout à danser, tes affaires sont encore dans ton sac de sport spécial danse, t'as plusieurs sacs après tout. Le reste, c'est toujours dans ton casier a la danse, t'as dit que tu enverrais ton père les chercher mais t'as pas envie de leur donner une excuse pour se voir, comme s'ils attendraient maintenant que tu es au courant, tu es sur qu'ils n'auront meme pas la dessence de faire profil bas. tu es perdue. Tu aimes ton père autant que tu le déteste en ce moment. Tu ne supportes plus les mensonges, les trahisons. Alors tu as envoyé un message a ta mère, lui demandant pour voir un psychologue. Jamais tu n'aurais pensé un jour avoir besoin de ça, de parler avec un inconnu mais tu sais que tu ne vas pas bien, que tu as besoin d'aide pour retrouver tes repères. Finalement, ta mère a proposé de t'écouter, de ne pas te juger et juste vouloir t'aider.

« Mais papaa ! t'avais dis à 8 heures ! » tu soupires, le téléphone dans les mains, les écouteurs des les oreilles alors que tu écoutes ton père te parler. Il vient te chercher mais il est en retard. C'est bientot la rentrée, et tu voulais passer une journée avec lui. Vous venez de rentrer de Los Angeles, tu pensais voir ton père, aller voir un film et passer la journée avec lui avant de préparer tes affaires pour la rentrée. Mais il est déjà en retard parce qu'il a passé le week end avec sa petite amie, sa colleen, sa blondasse qui te donne envie de grogner. Mais tu l'aimes pas, tu veux pas la voir. « T'es sérieux papa ? Tu viens me chercher avec elle ? Mais ! Je pensais qu'on passerait du temps à deux quoi ! » tu grognes quand tu l'entends parler derière ton père. « Mais elle veut pas se taire ? C'est à toi que je parles papa ! si c'est pour venir avec elle ça sert a rien !  » Ca finit par une dispute, par entendre l'autre blonde raler et puis, trop de bruits soudainement. Tu sursautes, parce que tu entends des bruits étranges, des klaxonnes, des grincements, des cris.. et puis plus rien. absoluement plus rien. le silence, pesant, lourds. « pa..pa ? t'eslà ? tu m'entends? papa... » mais rien, la panique monte, alors que tu finis par hurler au téléphone. « PAPAAAAAAAa ! » Tu sors de chez toi, sans prévenir ta mère, sans prévenir qui que ce soit. Tu cours, faisant le chemin que ton père aurait fait en voiture. Tu cherches partout, criant au téléphone en espérant qu'il te répond. mais rien. Quelques minutes plus tard, qui te paraissent etre des heures. Quand tu finis par arriver a un carrefour, tu entends les pompiers, les ambulances et la police. tu te stoppe quelques instants, en voyant cette voiture, en voyant cet homme la tête sur le volant, les cheveux recouvrant sa tête. pourquoi il ressemble à ton père ? les larmes te montent au yeux, parce que même si tu ne veux pas te l'avouer, tu sais ce qui s'est passé. tu finis par approcher. « Jeune fille non, on n'approche pas.. » dit un agent de police alors que tu laisses les larmes couler. « c'est... c'est papa... » c'est horrible, parce que tu finis par lacher ton telephone, parce que lorsque les secours sortent ton père de la voiture, tu fond littéralement. Tu t'en fiches de leur sécurité, tu cours pour rejoindre ton père. « PAPA ! » tu attrapes le bras de ton père, le tirant, le secouant comme pour le réveiller. « REVEILLES TOI PAPA ! TU PEUX PAS... REVEILLES TOI ! » La pauvre femme d el'ambulance ne sait plus quoi faire, alors qu'elle n'ose même pas te séparer de lui. Mais son coéquipier finit par te stopper, te reculant pour qu'ils amenent les corps sous leur bache. « je suis désolé » qu'on te dit. Mais rien ne peut changer tout cela. ton père. alors que tu lui hurlais dessus au téléphone, alors que tu lui reprocher. Tu tombes au sol, les larmes roulant sur tes yeux avec abandondance. Tu finis par prendre ton téléphone, appellant ta mère. Quand finalement elle décroche, tu marmones, d'une voix presque lointaine, comme si rien n'était réelle. « maman... papa est mort. »

▬ the new life
Tu sais qu'en ce moment tu ne vas pas bien. tu as peur. de tout. et de rien à la fois. tu as peur pour des choses qui ne se passeront pas, qui ne peuvent pas arriver. dans le fond tu le sais bien mais c'est plus fort que toi. tu as perdu ton père et tu sais que malgré ce que tes proches peuvent dire, tu es coupable, tu en es la cause. Mais tu as peur, que tout autour de toi s'effrite, que ta mère t'abandonne pour sa nouvelle famille, pour ces gosses qui arriveront bientot et qui prendront ta place dans sa vie. Elle a beau dire le contraire, tu sais que c'est vrai pourtant. Tu sais que quand ils naitront, elle n'aura pas de temps pour toi, qu'elle va devoir gérer ces deux momes et qu'elle va aussi devoir gérer son poisson globe, l'être humain, pas le vrai poisson. Tu sais qu'elle ne peut pas etre la pour toi jusqu'à la fin de ta vie alors dans toute cette peur, tu t'enfonces pour finalement ne pas souffrir quand ta mère te dira de quitter les lieux, quand on te dira que tu n'as plus ta place ici. tu te retrouveras toute seule, mais c'est rien, tu survivras, quelques temps surement, pas longtemps, et puis tu rejoindras surement ton père à un moment. Tu ne veux pas parler, parce qu'elle va encore jouer les psy, tenter de comprendre et au final cette conversation tournera simplement en rond, parce que tu ne diras rien, parce que vous allez vous énerver. t'as bien le caractère de ta mère après tout, quoi qu'elle se contient bien plus souvent que toi. ça doit être la maturité tout ça. « On va avoir une conversation avant ta douche ! Et je te promets Sofia que tu as intérêt à t’assoir… », Même pas une petite douche rapide ? Ha bah non ! parce qu'elle se montre même sévère, elle a toujours été une maman cool mais sage, mais c'est bien la première fois que tu l'as voit comme ça. Bon, c'est passagé, parce qu'elle n'a pas ces gosses dans les bras encore. Elle te force à t'asseoir, ses mains sur tes épaules pour que tu prennes places et tu ne dis rien. pour dire quoi ? que ça sert à rien de faire tout cela ? Que de toute façon, d'ici même pas trois mois, elle aura d'autre trucs a faire que d'avoir du temps pour toi ? « Tu vas me dire précisément ce qui se passe dans ta vie actuellement… (..) j’ignore à quoi tu joues. Combien de temps avant que tu rentres défoncée ou bourrée ? » Tu ne dis rien, tu n'as pas envie de répondre maintenant. tu prends ton temps pour refléchir, enfin, non tu refléchis pas vraiment là. tu te dis juste qu'elle dit ca mais dans trois mois elle s'en fichera. Ce qui se passe dans ta vie ? T'as perdu ton père, ta mère est avec un autre, elle va avoir des bébés, et toi tu sais pas ou se trouve ta place. tu sais pas. t'as peur, et parfois t'as juste envie de retrouver tes cinq ans, quand tout etait simple, quand tu avais un bobo parce que tu etais tombée en voulant jouer les grandes. quand tu pouvais fondre en larme pour un rien dans les bras de tes parents, quand tout etait simple, quand tu pensais qu'ils s'aimaient, que vous étiez heureux. Tu finis par hausses les épaules, pour enfin répliquer. « je pensais que tu etais pas là c'est tout, du coup j'ai passé la soirée chez des amis, et comme il etait tard on est resté dormir sur place. » Tu n'ajoutes rien pour le moment. à quoi bon ? elle veut savoir ce qu'il se passe dans ta vie ? Bah rien, tu sors, tu vas dans des soirées, tu danses, tu fricotes un peu et c'est tout. tu tentes juste de ne pas réfléchir, de ne pas penser a tout ce qu'il se passe chez toi. « j'ai rien fait de mal... et puis je bois pas et je me drogue certainement pas... c'est pas parce que j'ai passé une nuit dehors que je suis devenue une junkie. c'est bon quoi... j'ai rien fait de mal ! » tu t'énerves, tu le sais, tu t'énerves tout le temps de toute façon. « tu devrais etre contente que je te foute la paix d'ailleurs ! t'as surement mieux à faire, comme t'occuper de ton poisson globe et de ces gosses. » Tu te lèves, tu replaces une mèche blonde derière ton oreille alors que tu as les yeux qui rougissent, tu retiens tes larmes, tu retiens tout, ta peine, ta colère. parce que tu n'as pas encore fait ton deuil, parce que tu n'arrives pas à avancer.

On t'ordonne de t'asseoir et c'est ce que tu fais. Tu croises les bras, t'as même pas pris de douche et franchement ça te saoul parce que tu as juste envie de te mettre sous l'eau bouillante et d'attendre de longues minutes, que ton corps se détende, que ton coeur se deserre enfin. Mais non, ta mère veut parler, et va surement te hurler dessus mais ça te passe au dessus de la tête. tu es fatiguée, épuisée de tout cela. T'as repris les cours, et ça te saoul. tu as repris les entrainements et même si au debut c'était un peu la galère c'est la seule chose dans ce lycée qui te permet de souffler un bon coup. là, tu veux juste te mettre sous l'eau chaude et pleurer, evacuer toutes les mauvaises ondes. « Sofia… On va aller droit au but… si tu ne veux pas m’en parler ou alors on va jouer à ça encore longtemps… par ça, je veux dire : punitions et communications ! » Tu l'écoutes, ta mère. Tu l'écoutes mais rien ne change dans ton comportement ou sur les traits de ton visage. Punis de sorti pendant deux semaines ? Tu t'en fiches finalement, tu sais quand elle n'est pas là, tu sais comment disparaitre en pleine nuit sans même qu'elle ne le voit finalement. tu l'as déjà fait, y'a pas si longtemps que ca alors tu recommenceras et si ce dialogue continue ainsi, tant pis. T'as pas envie d'obéir sagement, t'as pas envie de suivre la ligne parce qu'au final ça ne t'a rien apporter de bon ou de joyeux. Pendant toute ta vie tu as suivis le droit chemin, tu as suivi les régles et ce qu'on te disait. Tu as suivi chaque principe qu'on t'a inculquée et au final, tu te retrouve dans cette situation. tout a volé en éclat a Hawai, et aujourd'hui c'est tout ton équilibre qui est remis en question. Tu es sa priorité ? à qui elle veut faire croire ça ? Tu n'es pas idiote, tu sais bien que les bébés lui prennent son temps et son énergie, et toi, dans tout ça, t'es même pas sur d'avoir encore ta place. Peut etre que tu devrais partir, demander a vivre seule mais tu ne veux pas vivre ailleurs qu'ici de toute façon. C'est ta maison, c'est ici que tu as grandit, c'est ici que tu as tes souvenirs et pourtant c'est ici que tu as le plus de douleur. Parce qu'à chaque instant tu imagines croiser ton père dans les escaliers, qu'il pose une main sur tes cheveux en te souriant. A chaque instant tu imagines grimper a l'étage et tomber sur tes parents en train de s'embrasser et toi grimacant en disant beurk. Mais tout cela n'a toujours été qu'une pièce de théatre, qu'une comédie et aujourd'hui tu ne ris plus. Tu soupires. toi aussi tu sais soupirer y'a pas qu'elle ! « je vais bien. j'ai pas envie de parler, ni a un psy ni a toi. j'ai pas besoin d'une thérapie, j'ai pas besoin d'aide, je vais bien ! Papa est mort. mais je vais bien. toi tu refais ta vie. mais je vais bien. tout part en couille MAIS JE VAIS BIEN ! » finis-tu par gueuler, prise par l'émotion principalement. Tu finis par te calmer, passant une mains sous tes yeux fatiguée. « j'suis punis ? si ca te fait plaisir. maintenant je vais prendre ma douche. m'attends pas pour diner. » tu finis par partir, pressant le pas pour grimper jusqu'à ta chambre ou tu t'enfermes. tu te colles contre la porte que tu as verouillée, et les larmes roulent sur tes joues. tu l'aimes, ta maman, mais elle a mieux a faire que de s'occuper de toi. elle a deux gamins qui se pointeront bientot et t'as pas besoin de l'épuiser encore plus. au fond, elle n'a pas besoin de toi. tu devrais peut etre partir, simplement disparaitre d'ici. mais tu irais ou ? une fugue chez l'un de tes oncles c'est quand même pas crédible. Chez une de tes amies ? Non ta mère les appellera directement pour savoir si elles ne t'auraient pas vu. et puis de toute façon, elle est sur instagram, elle saurait te retrouver. tu soupires, essuyant tes yeux alors que tu finis par retirer tes fringues pour rester en dessous. tient. t'avais pas remarquer ce sucon ! non mais le con !


_________________
EST-CE QUE TU M'ENTENDS ? EST-CE QUE TU ME VOIS ? QU'EST-CE QUE TU DIRAIS, TOI, SI T'ETAIS LA ? EST-CE QUE CE SONT DES SIGNES QUE TU M'ENVOIES ? QU'EST-CE QUE TU FERAIS, TOI, SI T'ETAIS LA ? JE ME RACONTE DES HISTOIRES POUR M'ENDORMIR POUR ENDORMIR MA PEINE ET POUR SOURIRE J'AI DES CONVERSATIONS IMAGINAIRES AVEC DES GENS QUI NE SONT PAS SUR LA TERRE JE M'EN FOUS SI ON A PEUR QUE JE TIENNE PAS LE COUP JE SAIS QUE T'ES LA PAS LOIN, MEME SI C'EST FOU LES FOUS C'EST FAIT POUR FAIRE FONDRE LES ARMURES POUR FAIRE PLEURER LES GENS DANS LES VOITURES
© rainbowsmile
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Le winx club de Gripette
» AU TEMPS DE L'AIGLON
» Carole-Anne Gagnon Lafond "Ma mère était ma grande complice"
» LEONARD COHEN
» espérons qu'elle aura une belle vie...