aleks&anastasia ▬ il était une fois une princesse sans mémoire et son prince sans princesse !

Partagez | .
avatar
Mélodie A. Nikolaïevna
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2697-melodie-titreavenir#service of the queen, une des membres du staff !
► Ami à poil : Un chat noir, Alex !
► Mes messages : 1373
► La boite à cookies : 357
► Date d'inscription : 30/10/2016
► Date de naissance : 10/01/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Mélodie A. Nikolaïevna qui boit son thé le Dim 11 Fév - 23:14 ► réponds-lui !

La saint-valentin. L’avais-je déjà fêtée dans le passé ? Je veux dire, avant. Avant que ma mémoire ne s’en aille ? Je n’en savais rien. Parfois je me demandais vraiment qui j’étais. Parfois je me rendais compte que c’était mieux de ne pas le savoir. Une envie de passer une bonne soirée alors que Romy me dirait plus vite d’aller me faire souffrir avec de la crème glacée ? En fait, non. Je n’avais pas plus envie de sortir que cela. Mais mon éditeur n’était pas d’accord avec cela. Il m’avait invité. En fait, il m’aimait bien. C’est vrai qu’il m’aimait bien. Il regardait souvent mes courbes. Trop souvent. Je ne m’en sentais pas toujours si à l’aise mais c’était flatteur. Je savais pourtant qu’il ne se passerait jamais rien. J’avais été clair. C’était fixe entre nous et il ne tentait rien. Il n’y a pas de mal à regarder et j’ai bien posée en lingerie. Bon du coup, rien d’anormal. Et là, j’acceptais son invitation pour un diner dans un restaurant de à Mayfair. J’étais vêtue d’une de mes plus belles robes. Une robe rouge assez cintrée. Elle semblait être une seconde peau. Pas trop courte. Pas trop longue. Mes cheveux lissés et attachés d’une demie-queue qui se gonflait un peu au-dessus de ma tête. J’avais oublié les lunettes, portant alors des lentilles de contact. Mes yeux bleus océans s’assortissaient à merveilles avec les tons de mon maquillage. Tandis que j’étais installée à table sans lui, je ne me sentais pas nerveuse. Nous passions à l’entrée puis ensuite au diner. Ma soirée se passait bien. Très bien. Je me sentais cependant assez mal à l’aise quand il m’offrait un bijou. Un bracelet. Devais-je le refuser ? Je n’en savais rien. J’avais simplement tentée d’esquivée. Enfin presque. Il finissait par me proposer un slow. J’acceptais… à moitié. Je ne savais plus ou me mettre, j’en rougissais avec intensité mais ce n’était pas par charme. Non. Par malaise. J’étais assez perdue. Il embrassait ma joue pendant cette danse. Mon dieu. Amis. Professionnels. Mais rien de plus. J’étais assez perdue. Rien ne me donnait des frissons. Nada. Il n’était pas mon genre. Enfin je ne sais même pas si j’avais un genre. L’envie d’aller au toilette arrivait et je me sentais presque sauvée. J’attendais la fin du slow pour reculer doucement. « Je reviens, j’ai… enfin, j’ai besoin d’aller aux toilettes ! », alors tuons le glamour ce soir. Je reculais. Récupérant alors ma pochette au passage. Je l’ouvrais pour sortir mon rouge à lèvres. Un geste presque automatique que j’avais toujours eue. Vraiment ? Je n’en savais rien. Etais-ce le cas dans le passé ? J’ouvrais le tube en attendant devant la porte. Une longue file ? Pas vraiment. Deux ou trois femmes. J’inspirais doucement, recolorant mes lèvres en sachant que je n’avais pas de miroir. Je faisais peut-être un carnage ? Non, jamais. J’étais assez douée pour cela. C’est au moment où une main se posait sur mon épaule que je me retournais. « Je suis désolée, c’est la file pour les femmes, je pense que les hommes vont au fond du couloir… », disais-je alors simplement. Ingénue ? Un peu. Non mais en fait, je suis simplement cette fille sans mémoire. Vous voyez, cette teubée. Je lui offrais alors un doux sourire avant de me retourner. Simplement. Oui, voilà. Bah quoi ? Il m’a peut-être reconnu des affiches en petites tenues ? Cela arrive souvent. Ou alors il veut un autographe pour le bouquin ? Pas sûr qu’il soit de l’âge à me lire. De toute façon ? Je ne montre jamais mon visage. Mais je sentais toujours sa présence… J’avais l’impression même de reconnaitre son souffle proche de ma peau. J’en avais un frisson étrange. Je me sentais simplement étrange. Comme une impression de déjà-vu qui me faisait froid dans le dos.

@Aleksey D. Zaïtsev

_________________

If I should stay... i would only be in your way, so I'll go, but I know ! I'll think of you ev'ry step of the way and I will always love you... I will always love you.
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» IL ÉTAIT UNE FOIS DES GENS HEUREUX PAR NICOLE MARTIN
» Le Havre. La Maison des arts du récit.
» "des mots dits...aux écrits".
» Vos meilleurs films
» Il était une fois le Pas de Calais libéré 2012 à Souchez