Nageons, Nageons parmis les ours en peluche. | Iéva&Aleksey

Partagez | .
avatar
Aleksey D. Zaïtsev
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2749-aleksey-we-were-loveservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 492
► Ami à poil : Un berger Allemand, droit dans ses bottes comme ses oreilles, nommé Oregon.
► La boite à cookies : 759
► Date d'inscription : 27/01/2017
► Date de naissance : 03/12/1992
Originalité #1
1
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Aleksey D. Zaïtsev qui boit son thé le Sam 24 Fév - 18:49 ► réponds-lui !





Nageons, Nageons parmis les ours en peluche

Les plus belles choses dans la vie sont celles qui n'ont pas de prix.

Aleksey était heureux. Presque du moins. Il avait retrouvé sa petite fille, et fut forcer d’admettre que cette tentative d’assassinat ne lui avait pas tout pris. Quand la porte s’était ouverte sur sa fille, il avait senti son cœur défaillir, et il n’avait pas pu s’empêcher de pleurer et de la serrer contre lui. Ils avaient été tellement proche l’un et l’autre, que de la retrouver après cette tragédie, lui avait fait un bien fou. Elle était sa lumière, sa sève, son avenir, et désormais il ne la quitterait plus jamais des yeux. Il l’a rendrait heureuse, pour Mélodie. Et sa promesse, il l’a tiendrait, quoi qu’il lui en coûte.
Il avait obtenu congé ce jour par le MI6, qui avait appris la nouvelle. Et il savait qu’il allait rendre cette journée merveilleuse, histoire qu’Iéva puisse se sentir de nouveau heureuse. Il voulait voir ses prunelles scintiller, l’emplir d’un amour débordant, la combler au plus profond de son être, et il savait pertinemment quoi faire. Iéva dormait dans son lit, la petite peinant à ne pas cauchemarder, alors il fut simple pour lui de la réveiller. Il la bisouillait doucement d’abord, puis l’attaquait sauvagement de bisous et de câlin, sautant sur le lit comme un fou, hilare.

« - Debout la petite princesse de Russie ! Il est temps de se réveiller, un planning chargé nous attend. »

Elle était princesse de Russie, et il en était fier. Et il aimait lui raconter son pays et ses splendeurs. Bien sûr, il mettait sous silence sa famille à lui, ne voulant pas lui avouer d’où il venait. Elle ouvrait doucement les yeux, quand il la portait pour la faire tournoyer, tout en la protégeant de ses bras.

« - Bon à la douche, on déjeune dehors aujourd’hui ! »

Il déposait cette jeune fille directement à la salle de bain, lui tendait ses vêtements du jour, puis la laissait se laver, descendant sa brosse, ses élastiques pour la coiffer. Il se servait une tasse de café, enfilait un tee shirt, et attendit que sa princesse revienne, fraichement habillé. Il l’incitait à s’installer sur les tabourets de la cuisine, puis brossait délicatement sa longue chevelure blonde, la tressant avec délicatesse. Il ne put s’empêcher de regarder la photo de Mélodie sur le mur, souriant tristement tant elle lui manquait. Puis il reportait son regard sur sa beauté, et lui disait.

« - Que dirais-tu d’un petit déjeuner chez Ben cookies, suivit d’un tour chez Hamley’s ? J’ai fait privatiser une partie du magasin pour qu’on teste tous les nouveaux jouets. Bien sûr, pause à Mcdonald’s pour le déjeuner, et on terminera par un tour dans le London Eye’s, faut que je te montre Londres sous toutes ces coutures ma belle ! »

☾ anesidora

_________________
Past is
IN MY HEAD
I LOOK AFTER YOU

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Iéva K. Nikolaïevna
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1755
► La boite à cookies : 376
► Date d'inscription : 26/08/2016
Pas de couronnes
1
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Iéva K. Nikolaïevna qui boit son thé le Ven 2 Mar - 21:39 ► réponds-lui !

Elle avait rêvé. Et elle avait rêvé de papa. De maman. De leur alliance à la fois si fragile et si solide. Elle s’était demandée en se réveillant pourquoi elle était encore en vie alors que sa maman ne l’était plus. Pourquoi papa arrivait comme une furie pour embrasser son front comme le font tous les papas du monde. Pourquoi elle respirait, elle. Encore. Et c’était peut-être des pensées un peu trop sombres pour son âge, et c’était peut-être des idées un peu trop noires, mais elle ne les empêchait même plus. Elle ouvre les yeux, inspirant une bouffée d’air, et sourit à son père venu la réveiller à coups de tendresse. Elle obéit à papa. Elle a mis une belle robe, aujourd’hui. Bleue et blanche, et elle tient à enfiler une paire de collants roses. Elle sait que ça ne s’assortit pas avec le bleu, elle, elle s’en fiche. C’est ce qu’elle veut. Et elle est persuadée que papa acceptera. Elle se met à table, et papa la coiffe. Elle sent la brosse parcourir ses cheveux, et étrangement, ça lui rappelle un peu maman. Elle aimait bien la coiffer, elle aussi, et c’était Iéva qui s’amusait à prendre la brosse pour peigner la crinière de maman. Elle sent que les larmes lui montent aux yeux, et d’un coup de baguette magique, elle chasse aussitôt le chagrin, parce qu’elle relève la tête et observe le regard bienveillant de papa qui la dévore littéralement. Le simple contact visuel lui fait du bien. Et même si elle pense à maman plus que jamais, elle est contente d’être avec lui. Elle l’a tellement cherché, avant. Tellement. Elle rit à la proposition d’Aleksey, elle est d’accord, évidemment. Alors elle se tourne, en faisant grincer le tabouret sous son poids pourtant léger, et regarde papa en souriant encore plus. « Avec toi, je suis cap de parcourir tout Londres. » Fanfaronne-t-elle en entourant son père de ses petites mains malhabiles. Elle serre fort, mais pas trop, juste ce qu’il faut, juste assez pour qu’Aleksey ressente tout l’amour qu’elle éprouve pour lui. Il ne sait pas, lui, à quel point ses câlins sont chauds ni à quel point ses bisous sont doux. Même s’ils lui rappellent aussi à quel point le regret empêche de vivre, de rire, de respirer même à certains moments. Mais là, elle est heureuse, et elle finit par le lâcher, faudrait pas l’étouffer. « Mais… On a le droit de se promener sans protection ? » Elle savait pas trop, Iéva, elle avait toujours un peu peur. D’ailleurs, elle avait peur de la rue, maintenant, elle s’imaginait qu’on pouvait l’atteindre de partout. « Maman me manque. » Dit-elle alors que ses yeux à nouveau se remplissent de larmes qui ne coulent qu’à moitié.

_________________
    • ◦• ◦•

    Twinkle, twinkle, little star, How I wonder what you are. Le jour se lève sur notre grisaille, sur les trottoirs de nos ruelles et sur nos tours On a cherché la lueur de l'aube en sachant qu'elle avait la couleur de l'espoir C'EST L'OMBRE DE L'ORAGE
         
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» burlesqueperformeuse69 parmis vous
» Chew parmis vous!
» Ours en peluche
» Vote pour la plus jolie peluche
» Peluche musicale