Je merde à chaque fois que je te vois ft Maxan

Partagez | .
avatar
Noan J. Fitzgerald
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateur
► Ami à poil : Un poisson rouge mais pas plus, j'ai pas le temps
► Mes messages : 430
► La boite à cookies : 1663
► Date d'inscription : 21/01/2017
Originalité #1
1
le petit mot doux de Noan J. Fitzgerald qui boit son thé le Dim 25 Fév - 14:09 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Les semaines étaient toujours les mêmes. Les jours s’allongeaient comme des semaines et on en parle même pas des heures qui étaient pires que l’enfer. Pourtant, il y avait un moment pendant lequel il était heureux. Ce moment, où il recevait un sms venu d’une inconnue. Essayer de se l’imaginer était la seule chose qu’il le tenait encore en vie. Maintenant, il savait qu’elle était brune, qu’elle avait un corps de déesse, qu’elle était assez coquine pour envoyer des images de son corps sublime et qu’ils avaient passé une soirée fabuleuse dans cette pièce. Est-ce qu’il passerait pour un pervers, s’il rêvait souvent de cette nuit là ? De ses petits cris lorsque ses lèvres mordillaient sa pointe brune. De son corps si menu, cette façon qu’elle s’était refermé autour de son membre. Bordel, il était censé pleurer sa sœur, ne pas réussir à se relever. Et c’était le cas. La journée, il était un zombie dont le souvenir de sa sœur le hantait. La nuit, il trainait dans les bars à la recherche d’une sensation qui le tienne en vie. Pourtant l’espace avant de s’en dormir, il ne pensait pas à sa sœur. Il pensait à cette brune. A son envie de la sentir dans son lit, à ses côtés… Nue dans son lit. A sa merci. Je peux être honnête avec vous. Même lorsqu’il avait eu une bonne partie de jambe en l’air avec une sulfureuse blonde, ou avec un joueur de foot, il finissait toujours seul dans son lit. Il ne supportait pas de dormir avec quelqu’un. Alors, pour s’endormir, il pensait à elle. Elle devenait presque une obsession  et pourtant, il aimait ça. Il était tiraillé entre son envie de la voir, de la sentir une nouvelle fois contre lui et son envie de continuer ce petit jeu. Recevoir des photos d’elle presque nue. Ses messages parfois intelligent parfois excitant. Ce soir encore, il allait finir par penser à elle. C’était la Saint Valentin. Les couples à vomir. Heureusement, pour lui, on trouvait toujours des filles seules prêtes à écarter les jambes pour se sentir vivante comme lui. C’était exactement, ce qu’il se passait ce soir. La veille, il avait fait la connaissance de deux américaines venues s’amuser à Londres. Elles voulaient s’amuser. Il leur avait proposé de passer une soirée avec Ezekiel et lui. Mon dieu, est-ce qu’on pouvait aussi peu respecter son corps ? C’était assez hypocrite de sa part alors, qu’il s’amusait avec des femmes qui ne se respecter pas. Voilà comment, il était devant la porte d’Ez avec à chaque bras une magnifique femme. Faut-il préciser que l’une d’elle avait déjà fourrée sa langue dans sa bouche. Une partouze à quatre. Ez était plus ou moins au courant. Il savait que le jeune Noan allait passer chez lui, mais pas qu’il emmenait deux gonzesses, qui n’attendaient qu’une chose se désaper en faisant un strip tease. L’alcool y était pour beaucoup. C’était pathétique. Voilà ce qu’était sa vie.  Se bourrer la gueule. Baiser à droite à gauche dans l’espoir de se sentir vivant. Sa sœur aurait honte de lui. Son père aurait honte de lui. Pourtant, il n’arrivait pas à se relever. Peut-être qu’il devait penser à l’inconnue mais elle n’était pas là. Elle ne voulait pas le rencontrer alors autant qu’il s’amuse. Il ouvrit la porte. « Allez les filles on rentre chez Ez et que la fête commence ! » dit-il en tapant sur les fesses de celle qui ne l’embrassait pas. Elles se mirent à glousser. Avant à New York, il aurait détesté ce genre de femme. Il avait des relations mais de plus d’une nuit. Il sortait avec des avocates, des médecins. Il avait des relations sérieuses. Il était loin ce temps. Ils rentrèrent et l’une des filles mis de la musique sur son téléphone pendant que l’autre se mis à danser. Il savait qu’il n’y avait personne car la porte était fermée à clé. Il s’installa sur le fauteuil pendant qu’une de deux s’installa sur ses jambes, son tee-shirt mystérieusement disparue. Sa langue déjà dans sa bouche. Oh bordel, il était aussi pathétique que ça ?
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxine Evans
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2650-maxine-perfect-tonigservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1100
► La boite à cookies : 1766
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Maxine Evans qui boit son thé le Dim 25 Fév - 14:41 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Journée de merde. C'est quoi ces couples qui viennent chercher une glace pour la manger comme des connards romantiques. C'est la saint valentin et tu n'aimes pas cette fête, tu ne l'as jamais aimer. Tu n'es pas de bonne humeur, tu aurais espérer recevoir un message de l'inconnu pour la saint valentin, même une connerie, même juste un bonjour mais finalement tu n'as rien eu, pas même un smiley idiot. Alors t'es pas de bonne humeur et ton patron l'a rapidement compris. Tu t'es fait hurler dessus comme une conne, par ce gros pervers qui sourit a toutes les demoiselles blondes qu'il peut croiser. Il te dégoute mais t'as besoin de ce fric. Qu’est-ce que tu fiche là franchement ? Tu n'as jamais été aussi malheureuse depuis ton retour à Londres. Quand tu voyageais tu n'avais pas un sou et pourtant tu étais bien plus heureuse que ça. Le reste de la journée se termine comme elle a commencé. Tu grognes quand tu vois ces élans de romantismes alors que t'es sur que dès demain le type ira en baiser une autre. Et quand enfin la fermeture du glacier se fait tu peux souffler. Tu retires le tablier idiot que tu fous dans ton casier en récupérant tes affaires et tu envoies un message à Ezekiel pour lui dire que tu passes faire des courses avant de rentrer. Il te répond finalement de ne prendre que pour toi, parce qu'il n'a pas l'intention de rester seul ce soir. Il va encore se pointer avec une meuf et tu resteras dans ta chambre avec le casque a fond dans les oreilles pour pas entendre sa pétasse gueuler. Ton frère est trop con parfois. Tu soupires, te stoppant dans une épicerie pour acheter un paquet de chips et une salade déjà toute faite pour ce soir. Normalement y'a un pot de ben & jerry's qui t'attend à la maison. « bah on est toute seule ?» « ta gueule » Tu soupires, payant le cassier qui râle et qui se plaint de ton attitude mais c’est lui qui a commencé ! Tu quittes les lieux, repartant pour ton quartier et rentrer enfin chez toi mais t’as la fleme. Du coup tu fais appel a un uber et en quelques minutes seulement tu es devant chez toi. Tu le règles et tu grimpes enfin jusqu’à l’étage de ton appartement. Au moment de mettre la clé, tu comprends que la porte n’est pas verrouillée. Ezekiel serait finalement déjà rentré ? Ou il a oublié de fermer la porte ? Non c’est pas son genre. Quand finalement tu arrives, le spectacle ne te plait pas vraiment. Parce que tu as des souvenirs avec cet homme assis sur le canapé avec une pétasse sur lui. Tu te souviens de cette nuit dans cette chambre réfrigérée, de son corps contre le tient, de ses coups de reins divins, de ses mots, de sa peine. Tu te souviens de tout cela mais pas lui, parce qu’il ne sait pas que c’est toi, il ne sait pas que c’est avec toi qu’il a passé la nuit. Tu grognes, posant tes affaires sur le meuble près de l’entrée. « ça va je dérange pas ? t’as pas de maison pour tes pétasses ? » t’es hargneuse, évidement que t’es pas contente de voir ce spectacle là quand tu rentre chez toi, et encore moins avec lui. Quand c’est ton frère, t’es habituée, tu lui dis d’aller dans sa piaule et voila. Tu grognes alors que tu reprends « si tu veux baiser, fais le au moins chez toi et pas chez les autres ! » tu ne veux pas qu’il en baise une autre. T’es jalouse et tu ne sais pas vraiment pourquoi. Après tout tu envois bien des photos de toi en petite tenue a ton inconnu, en plus Noan ne sait pas ce qu’il y a eu avec toi, il ne sait pas alors t’as pas besoin d’etre jalouse, t’as pas besoin de voir ça non plus de toute façon. Tu lances des regards noirs a ses deux femmes, mais celle qui t’énerve surtout c’est bien celle qui n’a plus de t-shirt et qui a sa langue dans la bouche de ton fantasme d’adolescente. « hop hop hop les siliconnées, dégagez de chez moi ! et oublies pas ton t-shirt toi là! » Que tu dis en prennant le vetement au sol et lui balancant à la figure.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
    Baby, I'm dancing in the dark with you between my arms Barefoot on the grass, listening to our favorite song When you said you looked a mess, I whispered underneath my breath But you heard it, darling, you look perfect tonight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noan J. Fitzgerald
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateur
► Ami à poil : Un poisson rouge mais pas plus, j'ai pas le temps
► Mes messages : 430
► La boite à cookies : 1663
► Date d'inscription : 21/01/2017
Originalité #1
1
le petit mot doux de Noan J. Fitzgerald qui boit son thé le Dim 25 Fév - 16:02 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Pour être honnête, il n’était pas si bourré que ça. En réalité, il mettait ça sur le compte de l’alcool car c’était plus simple que d’avouer que presque sobre, il ne trouvait rien de mieux qu’à baiser une inconnue qu’il ne reverrait pas le lendemain. C’était comme ce soir-là, avec l’inconnue. Au début, il ne savait pas que c’était elle, il pensait que c’était une ex. Il n’était pas si bourré lorsqu’il l’avait peloté avant de se rendre compte que ce n’était pas elle. Il était même plutôt lucide lorsqu’il était donné des coups de butoirs, lorsque ses mains caressaient le corps d’une parfaite inconnue. Comme là. Il se mentait à lui-même lorsqu’il prétendait qu’il n’aurait pas fait ça lucide. La jeune blonde était sur ses genoux, son haut avait disparue, sa langue était dans sa bouche. Ce n’était pas qu’il en avait envie mais ses mains étaient sur son corps. Une dans son dos. Une sur sa cuisse nue. Pourtant, son esprit ne pensait pas à elle. Il s’imaginait un autre corps. Plus petit. Plus musclé. Il embrassait une blonde mais il pensait à une brune. Bizarrement, il y arrivait. Elles étaient opposées pourtant, il avait vraiment l’impression que sa main était sur le corps d’une autre. Une qui hantée ses rêves. Il imaginait que c’était sa peau qu’il sentait sous ses doigts. Même lorsque sa main remontait plus haut sous sa jupe pour se rendre compte qu’elle ne portait rien en dessous, et que sa main rencontra une zone humide. Et soudain le charme fut rompu. Ce n’était pas elle. Pour plusieurs raisons. Déjà son inconnue était libérée et sensuelle mais elle se respectait assez pour mettre des sous-vêtements. Et puis, elle était plus douce… Plus… Il n’eut pas le temps de se poser d’autres questions, lorsqu’il entendit une voix qui lui semblait connue. Pas celle d’Ez. Une femme ? Plus on est plus on s’amuse, non ? Pourtant, lorsque la jeune femme sur ses genoux reçut un tee-shirt à la gueule, il se stoppa net pour voir la nouvelle. Oh bordel ! C’était une blague. Minie ? C’était la deuxième fois qu’ils se voyaient et même si elle n’était pas nue cette fois-ci, c’était encore pire. Bordel, il était en train de faire une petite partie sauterie dans son appartement. Non, mais sérieusement. Ez avait dit qu’ils seraient tranquille. Et il était où, ce petit con ? Oh la merde. La fille sur ses genoux la regarda dans les yeux. « C’est qui elle ? » avec son accent américain. Est-ce qu’il avait vraiment trouvé ça, sexy ? C’était avant de recevoir une douche froide en voyant la petite sœur de son pote dans son propre appartement. Elle était en colère, il y avait de quoi. Le pote de son frère avec des prostitués dans son appartement. Enfin prostituée non, mais c’était sans doute ce qu’elle devait se dire. Lorsque son regard croisa celui de Mini, il y vit beaucoup de chose. De la jalousie. Bizarre. Enfin peut-être pas. Elle avait bien dit se masturber en pensant à lui. Peut-être qu’elle voulait aussi s’amuser. Pourtant, lorsqu’il fixa son regard, il y vit autre chose. De la pitié ? De la colère ? De la désapprobation ? Non mais sérieux, elle se prenait pour qui ? D’accord, il était dans son appartement. D’accord, elle avait le droit de s’énerver. Mais pas de pitié dans ses yeux. Ez l’avait invité à passer la soirée ensemble, alors elle devrai se satisfaire d’eux. « Tiens, Mini tu viens t’amuser avec nous ? » dit-il en lui faisant un clin d’oeil. C’était puéril et alors. Il n’avait pas besoin d’un regard réprobateur, il n’avait pas besoin de voir à quel point, il était le pire des connards dans les yeux d’une gamine. « Allez les filles, on est là pour s’amuser et notre nouvelle invitée va s’amuser avec nous ! » Mon dieu, ce qu’il se détestait à ce moment. Mais être con, c’était mieux que d’être suicidaire. Il attrapa le tee-shirt que la blonde tenait dans sa main et le jeta puis d’une mains, il dégrafa le sous-vêt qui tomba sur les genoux, libérant des seins trop gros. Putain. Voilà qu’il repensait à elle. Il fallait vraiment qu’il arrête. Il ne la verrait jamais, elle était un mythe, un jolie rêve. Ça c’était sa vie. De sa main qui n’était pas entre les jambes de la blonde, il attrapa un des seins. « Allez, une danse sexy les filles ! » Sérieux, s’il n’était pas lui, il s’étranglerait à main nue pour être aussi nul.
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxine Evans
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2650-maxine-perfect-tonigservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1100
► La boite à cookies : 1766
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Maxine Evans qui boit son thé le Dim 25 Fév - 16:28 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Il est sérieux là ? Il se pointe chez toi alors que ton frère n’est même pas là ? Pourquoi il est là d’ailleurs ? Ezekiel n’est pas la ce soir. Il lui aurait dit que tu n’étais pas là ? Pourtant il sait bien que tu n’aimes pas la saint valentin et il est hors de question que tu ailles en boite trouver un pauvre type pour passer la nuit. Tu n’y arrives plus, tu n’as envie que de lui depuis cette nuit dans la pièce réfrigérée. Quand t’es avec un mec, tu ne fais que penser a Noan et à ce qu’il te faisait subir, à ces gémissements que tu poussais pour lui. Alors tout te parait fade, ils te paraissent tous lent et nul. Tu grognes pour toi-même alors que cet idiot continue comme si tu n’étais pas là. Pire ! Il t’invite même a participer a ce bordel ! Hors de question, t’es chez toi, tu paies le loyer avec ton frère alors tu as ton mot à dire. Il veut t’énerver ? Parfait ! tu vas lui rappeler quelques souvenirs et rendre ces filles aussi nulles que possible. Non mais regardez ça, l’autre avec ces seins refais et l’autre pouffiasse qui se touche comme une débile. Ca t’énerve, aucun respect. Tu n’es pas un ange ni un model de vertu mais au moins tu n’as jamais rien fait qui pouvait mettre en cause ton intégrité ou le respect que tu as pour ton propre corps. Mais elles, elles n’ont même pas de dessous a part le soutif. En plus ce n’est pas sexy comme lingerie ! Tu vois rouge et puis finalement tu reprends tes affaires pour aller a la cuisine.  « Vas te faire foutre Noan ! » Que tu grognes de plus belle. Tu mets tes achats dans le réfrigérateur et tu vas ensuite les rejoindre mais pas pour participer a leur connerie. Tu t’avances donc jusqu’à Noan, derière le divan pour venir souffler a son oreille d’une voix plus suave. Peut-etre qu’il pourrala reconnaitre. Peut-etre que non, pourtant les propos que tu t’apprêtes a lui lancer le feront surement réagir. « Tu veux que j’éteigne la lumière ? je sais que tu aimes ça. » Tu te redresse, tu retires ton t-shirt pour révéler un soutient noir en dentelle. Peut-etre reconnaitra t-il se dessus, que tu avais pris en photo et envoyé a ton inconnu, bien sur toi t’es pas au courant que c’est lui aussi. Tu te dirige vers ta propre chambre « Quoi que.. il fait bien plus chaud ici. » Tu t’éloignes de lui pour retrouver ta propre chambre et tu refermes la porte derrière toi. S’il comprend, alors il viendra te voir. Soit pour savoir comment tu l’as su, soit parce qu’il aura compris que c’était toi. Mais tu espère bien que ces deux blondasses ne trouvent plus d’intérêt a ses yeux. Une fois a ta chambre, tu retires ton jeans alors que ton t-shirt se retrouve sur la chaise de bureau. Tu retires aussi tes baskets, te retrouvant en petite tenue de dentelle noire mais c’est juste le temps d’aller chercher de quoi te changer pour ta soirée. Tu enfiles alors un short noir qui te sert de pyjama.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
    Baby, I'm dancing in the dark with you between my arms Barefoot on the grass, listening to our favorite song When you said you looked a mess, I whispered underneath my breath But you heard it, darling, you look perfect tonight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noan J. Fitzgerald
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateur
► Ami à poil : Un poisson rouge mais pas plus, j'ai pas le temps
► Mes messages : 430
► La boite à cookies : 1663
► Date d'inscription : 21/01/2017
Originalité #1
1
le petit mot doux de Noan J. Fitzgerald qui boit son thé le Lun 26 Fév - 18:07 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

S’auto-détruire c’est tellement simple. S’oublier. Devenir un gros con. Mettre sa main sous la jupe d’une parfaite inconnue devant la sœur de son pote. Etre le pire des enfoirées avec une fille que vous avez connu une bonne partie de votre vie. A cette instant, il avait juste envie d’oublier. Qu’il était seul. Qu’il était devenu le pire enfoiré de la terre. Que sa vie se résumait à une seule personne, sa sœur et qu’il avait l’impression de n’avoir plus rien. Il s’en foutait royalement de détruire les autres au passage. Même ses filles là, il allait leur faire du mal. Une fois qu’il aurait fait sa petite affaire, il les renverrait chez elles. Il ne dormait pas avec une femme ou un homme. La seule personne qui pouvait dormir avec lui était sa sœur. Il n’y avait qu’elle qui connaissait les démons de son passé, les cauchemars et les insomnies. Il était un con. Avant, il prenait son temps avec ses relations mais là, il n’y avait pas de relation. Il ne voulait pas de relation. Il voulait s’oublier. Personne n’arriverait jamais à lui enlever son poids dans son cœur. Même cette inconnue qui prenait tout doucement possession de son coeur, de son être n’arriverait jamais à supprimer ce manque… Alors pourquoi s’accrocher ? Il y pensait depuis plusieurs jours. Il pensait de plus en plus à elle. Dire qu’il était tombé amoureux était prématuré mais il avait besoin d’elle. Il attendait son sms. Il était devenu dépendant. Mais, il ne pouvait pas prendre le risque de perdre encore quelqu’un. Alors s’auto-détruire était la solution. Alors lorsque Mini l’insulta cela ne le blessa pas. Plus rien ne l’atteignait. « Moi aussi je t’aime Mini. » dit-il en continuant son exploration du mont de Venus d’une parfaite inconnue. Il était tellement dans le déni, dans la colère, dans la dépression qu’il ne l’entendit pas revenir vers lui. Il eut même du mal à comprendre ce qu’elle racontait. Comment, elle était au courant pour le noir. Putain, il allait tuer Ez. Il n’y avait que ses deux potes qui savaient qu’il avait peur du noir. Que la nuit, la mort de son père et maintenant de sa sœur venait le hanter. Il sentit la colère monter en lui. Pour une fois qu’il ressentait autre chose que le néant dans sa vie. La dernière fois c’était un bonheur mais c’était avec l’inconnue. Pourtant, là, il avait envie de meurtre. Comment elle pouvait savoir qu’il avait peur du noir et en plus le narguer ? Est-ce qu’il est con ? Ouai. Il ne comprenait pas du tout ce qu’elle lui racontait. Et c’était quoi cette histoire de chaud ? Et voilà qu’elle se dessapait pour le narguer. Sérieusement, il savait déjà qu’elle avait un grain depuis leur aventure avec la douche. Lorsqu’elle disparut dans sa chambre, il était tellement en colère que son envie d’une petite partie de jambes en l’air avait totalement disparu. Bordel, il était tellement débile qu’il n’avait pas percuté, qu’elle lui envoyait un signe et comment, il aurait pu ? Jamais dans sa tête, l’inconnue et Maxine étaient une seule personne. « Les filles, la fête est finie » dit-il en repoussant la jeune femme sur ses jambes. Dans sa tête Max était peut-être toujours la gamine de dix ans mais, il n’avait pas l’intention de se faire marcher sur les pieds par une gamine. S’il avait pris trente secondes pour comprendre ce qu’elle lui disait il aurait compris, il se serait rendu compte, mais non. Il était à des années lumières… En plus il était loin d’être lumière en ce moment. « Quand, je reviens vous avez disparu... » dit-il d’un ton dur en se dirigeant vers la chambre où il avait vu disparaître Max. Bordel, il avait envie de casser un truc. Déjà, elle faisait foirer sa soirée « on oublie », elle se foutait de sa gueule et bordel, elle l’avait mis tellement en colère, qu’il serait obligé d’aller à la salle de boxe pour éviter de faire une connerie. Il ouvrit la porte tellement brutalement qu’elle claqua contre le mur. « Tu te crois drôle Max ? » Bordel, elle était là avec son short minuscule, un simple soutiens gorge et putain, qu’elle était sexy. D’accord, il était en colère mais il n’avait pas eu satisfaction. Pourtant, il voulait des explications. « Tu crois que tu as le droit de te servir de ce que te raconte Ezekiel contre moi ? » Elle lui tournait le dos, il l’attrapa et l’obligea à lui faire face pour qu’elle le regarde dans les yeux. Elle jouait à la maline alors qu’elle joue jusqu’au bout. « Tu sais quoi princesse, t’as bien de la chance d’avoir une vie de rêve… De pas avoir peur du noir… De pas voir ton père se faire tirer une balle entre les deux yeux juste devant toi… Ou voir ta sœur sautait d’un immeuble… Alors, je serais toi j’éviterais de faire ma maligne. » Merde. Il n’avait jamais dit ça à personne. Même Ez, même Caleb ne savaient pas comment son père était mort. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de dire ça ? La colère ? La confiance ?
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxine Evans
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2650-maxine-perfect-tonigservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1100
► La boite à cookies : 1766
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Maxine Evans qui boit son thé le Lun 26 Fév - 18:33 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

 Tu le déteste, t'es jalouse oui. Pourtant tu ne devrais pas l'être, après tout vous n'etes pas en couple et il ne sait même pas que l'inconnue de la boite de lui c'est toi. Alors forcement, intérieurement, voir ces deux pétasses ça te fou en rogne. tu grognes alors que tu retires ton jeans et tes baskets pour finalement enfiler ton short de pyjama mais tu n'as pas vraiment le temps de faire quoi que ce soit d'autre, comme mettre un t-shirt, que la porte s'ouvre brutalement pour se refermer aussi rapidement. Il a enfin compris ? Pourtant, quand tu l’écoute tu n’as pas l’impression qu’il a comprit quoi que ce soit. Alors pourquoi il vient te voir s’il a rien compris ? Pourquoi il est pas encore avec ces deux blondes refaites de la tête aux pieds et pourquoi il ne te fout pas la paix jusqu’à ce que ton frère rentre ? Non mais sérieusement, il est obligé de venir chez toi pour s’envoyer en l’air ou son but était de te faire participer à ses conneries ? il te parle d’Ezekiel, de ce qu’il lui raconte et tu hausses les yeux au ciel. Il a vraiment rien compris celui là. Pourtant il finit par t’attraper le bras pour te faire face et tu ne dis rien, plantant tes yeux dans les siens. T’as pas peur de lui. Et sa colère tu t’en fiche pourtant la suite de ses propos te bouleversent. Tu as cette tête que font les gens qui apprennent quelque chose, qui ne savait rien. Il a peur du noir ? Bon, soit, pourtant il avait l’air a l’aise dans le noir avec toi. Mais là n’est pas la question parce que la suite est bien plus horrible et tu as presque les larmes aux yeux. Tu savais pour sa sœur, qu’elle était morte puisqu’il te l’a dit dans la boite de nuit mais le reste t’en savait rien du tout. Tu baisses les yeux, secouant la tête pour te reprendre et tu t’éloigne pour rejoindre ta commode. Tu retires ton soutient gorge que tu fais glisser le long de tes bras avant de le poser sur la commode et tu attrapes ton t-shirt sans pour autant le mettre. Tu reviens vers lui, te positionnant a quelques centimètres seulement et puis tu lui lances alors « je ne parlais pas de ça… je suis désolée pour ton père et ta sœur.. mais je parlais pas de ta peur du noir.. je savais même pas que tu avais peur du noir idiot ! » que tu finis par grogner. Tu t’approches un peu plus, te mettant sur la pointe des pieds pour tenter d’être a sa hauteur mais bon, il est quand même plus grand que toi. « je parlais de cette nuit dans le noir. Tu as bien passé la nuit dans une chambre réfrigérée non ? » tu soupires, secouant la tête. Tu finis par te retourner pour lui tourner le dos et tu enfile enfin ton t-shirt pour cacher ta poitrine que tu n’avais pas cacher jusque là. « tu devrais rejoindre tes deux blondasses refaites non ? » T’es triste ? un peu, jalouse aussi. Tu soupires, tu finis par prendre ton téléphone que tu avais poser sur le lit et tu t’allonges pour envoyer un message à ton inconnu. C’est idiot, t’as envie de lui rappeller que c’est la saint valentin. T’as envie que quelqu’un fasse attention a toi aujourd’hui. Tu finis par tourner la tête vers Noan, toujours allongée a plat ventre sur ton lit. « j'ai peut-etre pas une vie aussi dramatique que la tienne, moi j'ai juste plus de parents. mais t’es qu’un idiot. Et ton comportement, te ramenera pas ta soeur. »

CODAGE PAR AMATIS


_________________
    Baby, I'm dancing in the dark with you between my arms Barefoot on the grass, listening to our favorite song When you said you looked a mess, I whispered underneath my breath But you heard it, darling, you look perfect tonight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noan J. Fitzgerald
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateur
► Ami à poil : Un poisson rouge mais pas plus, j'ai pas le temps
► Mes messages : 430
► La boite à cookies : 1663
► Date d'inscription : 21/01/2017
Originalité #1
1
le petit mot doux de Noan J. Fitzgerald qui boit son thé le Lun 26 Fév - 19:56 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Putain, le sang bouillait dans son corps. Il avait envie d’exploser. Putain sérieux, c’était une blague. Elle se baladait à poil, elle l’énervait et elle croyait pouvoir s’en sortir comme si de rien était ? Putain, heureusement, qu’elle était une femme sinon, il n’aurait plus répondu de rien. Putain, mais d’où, elle savait tout ça. Bordel, il allait tuer Ezekiel pour avoir ouvrir sa bouche. Putain, mais on pouvait plus avoir confiance en personne. Il manquait plus que Caleb se soit taper sa sœur, il n’aurait vraiment plus personne à qui faire confiance. Il serrait tellement les poings que ses ongles commençaient à laisser des marques sur ses paumes. Pourquoi, il était aussi en colère ? Elle était au courant et alors ? Il voulait pas faire sa vie avec elle. Il se foutait royalement d’elle, elle était que la petite sœur chiante d’Ez qui les suivaient partout. Elle avait beau être sexy aujourd’hui. Rien que ce corps. Putain, il avait envie de se la faire. Mais, il n’oubliait pas qu’elle était la sœur d’Ez donc intouchable… Et puis, elle avait un petit grain. Merde, elle pouvait pas mettre un tee-shirt. Il était tout le temps attiré par son torse, sur sa poitrine. En plus, elle était parfaite. Il le voyait. Aussi parfaite que celle de l’inconnue. Non mais merde. Il déraillait là. Elle s’éloigna de lui. Ouf il n’allait plus avoir sa poitrine et son soutif sous le nez. Enfin, il parla trop vite. Elle revenait avec son tee-shirt dans les mains mais sans le sous tif. Putain. Comment, il ne pouvait pas la regarder. Elle était petite mais musclé. Brune. Des seins ni refaits, ni petits, ni gros. Qui pointaient. Oh bordel. « Arrête de regarder mec. C’est la sœur d’Ez et en plus, tu es censé être en colère. » lui souffla sa conscience. Parce qu’il en avait encore une ? Comment, il réussit à la regarder dans les yeux ? Il n’en savait rien. Peut-être qu’il venait de comprendre qu’il était un idiot. Et là ? Une bombe. Est-ce qu’on pouvait rembobiner ? QUOI ? Il avait dû mal entendre. Il n’entendit rien d’autres de ce qu’elle disait. Son esprit était en mode pose. Putain de bordel de merde. C’était comme si on venait d’allumer une lumière dans sa tête. Il avait tout devant les yeux depuis cette fois dans la douche et il n’avait rien vu. Bordel, l’inconnue, c’était Maxine. La fille chiante. La sœur d’Ez. La bombe de la douche. La fille qu’il avait embrassé à la soirée noir. La fille qu’il l’avait fait jouir. La fille qui hantait son esprit. Celle avec qui il passait des heures à discuter. Le bazar dans sa tête. Manquer plus qu’il ait la bouche grande ouverte et c’était le comble. Et elle continuait sa vie. Mais comment, elle savait que c’était lui dans la chambre froide ? Elle l’avait reconnu mais elle savait pas qu’il était son inconnu…. Oh le bordel. C’était une erreur. Elle devait connaître l’inconnue et elle avait essayé de le titiller. Lorsqu’elle prit son téléphone pour envoyer un sms et qu’il sentit deux secondes plus tard son téléphone vibrer dans sa poche, ce fut le coup de grâce. Oh le merdier. Elle continuait de parler mais le son n’arrivait pas à ses oreilles. Il s’avança vers elle. Il devait en avoir le coeur net. Il reconnaitrait ses lèvres et son corps entre mille. Comme un automate, il s’avança vers le lit et l’obligea à se lever. Elle résista un peu mais elle se laissa faire. Pourquoi ? Il avait pas le temps de se poser cette question. Sans attendre, il captura ses lèvres, laissant sa langue rencontrer les lèvres de la jeune femme. Ses mains vinrent se poser sur ses fesses. Exactement comme il l’avait fait dans cet endroit sombre. Et là, ce fut le choc. Il n’était plus en colère. Il n’était plus triste. Il était bien. Comme dans le noir. Comme dans la douche. Comme dans la chambre froide. Putain comment, il n’avait pas pu la reconnaître. Et comme à chacune de leurs rencontres, il se sentit à l’étroit dans son pantalon. Il devait se détacher. S’il continuait, il ne répondrait plus de rien. C’était elle. Celle qui faisait battre son coeur. Et puis, il se souvint. C’était Maxine. Il se recula d’un seul coup et lui tourna le dos. « Oh putain, il va me buter. » Il pensait à Ezekiel. Merde. C’était ça. Il s’était foutu dans la merde. Merde. Merde. Et puis soudain, il se rendit compte d’un truc. Il ne pouvait pas sortir ou faire quoique ce soit avec Max. Car Max c’était dans sa tête la petite chieuse de son enfance. Dans un corps magnifique. Elle était celle aussi qui l’avait apaisé pour la première fois en plusieurs mois. Oh la merde. C’était le bordel dans sa tête. Et il venait de l’embrasser au lieu de faire comme s’il avait oublié. Mais, elle avait parlé des blondasses. Peut-être qu’elles étaient pas parties. Il ne pouvait pas lui faire ça. Il n’était pas du tout le mec avec qui on pouvait construire quelque chose. Pourtant, une autre ampoule s’alluma dans sa tête. Elle ignorait qu’il était l’inconnu. Il pouvait mettre un terme à tout ça. Même si cela signifiait qu’il allait le regretter toute sa vie. Il le regrettait déjà, alors qu’il n’avait rien dit, mais il ne pouvait pas emmener la petite fille innocente de son enfance dans son enfer. Qu’est-ce qu’elle avait dit ? Il était un idiot. Ouai surement. « Ecoute cette nuit, c’était une erreur. C’était sympa, on s’est amusé. J’ai baisé une inconnue mais c’était avant de savoir que c’était toi. Non mais regarde toi, t’es une gamine. » Il avait à peine prononcé les mots, qu’il sentit le peu qui restait de son coeur se briser. Est-ce qu’il venait de briser la dernière chose de bien dans vie ? Est-ce qu’il venait de perdre la lumière au bout du tunnel ? Pourquoi, il ne pouvait tout simplement pas la laisser être la lumière dans sa vie ? Parce qu’il était une cause perdue. Il pouvait pas lui faire ça. Autant être le gros con. Et il ne répondrait plus aux sms. Son coeur était vide. Il avait plus qu’à trouver un pont d’où se jeter.
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxine Evans
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2650-maxine-perfect-tonigservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1100
► La boite à cookies : 1766
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Maxine Evans qui boit son thé le Lun 26 Fév - 20:26 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼


Ce n’est qu’un idiot ! tu espérais quoi après tout ? Qu’il cesserait de se taper des minettes de ce genre après avoir coucher avec toi ? Il ne savait même pas que c’était toi idiote ! Pour lui, t’es juste une passade, un corps sans visage, il a pu parler de ce qu’il voulait comme s’il se pensait chez le psy mais au fond il se moquait bien de la fille avec qui il était cette nuit là. Tu le déteste pour ça, pour ne pas t’avoir reconnue, pour ne pas avoir reconnu ta voix, pire, pour t’avoir prise pour une autre. Il ne se rend même pas compte du bordel qu’il a foutu. Tu pensais juste t’envoyer en l’air cette nuit là, jamais tu n’aurais imaginé tout ce que tu as ressenti dans ses bras. Comme le type qui t’as embrassé dans le noir, comme ton inconnu qui te faisait te sentir bien. Tu ne peux pas dire que tu es amoureuse, mais tu as besoin d’eux maintenant, et tout ce bordel ce soir te ruine totalement le moral. Quand il comprend enfin que tu es cette fille, tu pensais qu’il allait gueuler, mais au contraire, il approche de toi pour te forcer a te redresser. Tu proteste mais tu te laisse faire et t’es surprise quand ses lèvres se posent sur les tiennes. Tu retrouves cette sensation de cette nuit là, ta langue accueillant la sienne, pourtant tes bras ne bougent pas, se baladant dans le vide avec le téléphone à la main. Tu fermes les yeux, tu rapproches ton corps du sien. Pourtant ce bien être qui t’envahit n’est que de courte durée puisqu’il te repousse brutalement. Tu as juste le temps de te reprendre et de le regarder avec surprise. Il parle de ton frère, tu hausses les épaules, il n’est pas sensé le savoir pour le moment et puis il n’a rien a dire, tu fais ce que tu veux de ta vie et tu choisis qui tu veux qui a le droit de poser ses mains sur ton corps nu et Noan fait partie de ta liste. Enfin… Pour le moment. Tu reprends un peu tes esprits, ta langue passant sur tes lèvres comme pour gouter a son baiser une fois encore mais ses propos sonnent comme des coups de poignards. Une gamine ? Une erreur ? UNE GAMINE ? c’est plus fort que toi parce que finalement c’est le poing qui part. Pas une gifle, mais bien un coup de poing en plein dans sa face. T’as pas frappé très fort, tu ne voulais pas lui péter les dents tout de même ! Pourtant alors que tu es rouge de colère, ta voix trahit surement aussi la peine que tu ressens actuellement. « une gamine ? Pourtant tu l’as bien baisé la gamine ! tu l’as bien fait crier la gamine ! tu l’as fait jouir la gamine ! tu l’as câliner la gamine ! tu lui as parlé a la gamine ! TU TE SENTAIS BIEN AVEC LA GAMINE ! » Que tu finis en haussant le ton de la voix. Il se sentait bien avec toi, il s’est même confié, il a même était doux en te gardant dans ses bras. Ce n’était pas que de la baise, il y avait plus que ça. Mais tu te reprends, respirant fortement alors que tu finis par reprends d’une voix plus calme, faussement calme. « va-t-en. Rejoins tes pétasses et sortez de chez moi ! Ez’ ne saura rien. Rassure toi, il ne saura pas que tu as baisé sa petite sœur ! »  tu ne pleures pas, il est hors de question que tu lui fasses ce plaisir. « va-t-en ! » Que tu souffles une dernière fois. Tu lui tournes le dos à nouveau, repartant finalement pour ton lit alors que tu t’allonges sur le ventre pour ne pas lui montrer tes yeux, ton air triste, blessée. Pour ne pas montrer la colère que tu as pour lui, pour ses propos, pour ses actes. Tu apportes de nouveau ton téléphone devant toi mais tu ne fais rien, t’espères plus vraiment de réponse pour ce soir. T’as pas envie de parler, pas envie de faire quoi que ce soit. Peut-etre que finalement tu devrais repartir. Oui. Ca serait une bonne idée de repartir et quitter Londres pour quelques années, vivre comme avant, sans attache, parcourir le monde. Alors tu prends ton telephone et tu envoies un message avant d’enfouir ton visage dans ton oreiller.

CODAGE PAR AMATIS


_________________
    Baby, I'm dancing in the dark with you between my arms Barefoot on the grass, listening to our favorite song When you said you looked a mess, I whispered underneath my breath But you heard it, darling, you look perfect tonight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noan J. Fitzgerald
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateur
► Ami à poil : Un poisson rouge mais pas plus, j'ai pas le temps
► Mes messages : 430
► La boite à cookies : 1663
► Date d'inscription : 21/01/2017
Originalité #1
1
le petit mot doux de Noan J. Fitzgerald qui boit son thé le Mar 27 Fév - 18:47 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Il fallait qu’il s’en aille. Qu’il tourne les pieds et qu’il se casse. Il venait de lui faire mal, il le savait mais surtout il venait de se détruire. Il fallait qu’il s’en aille avant que ce soit pire. Pourtant, il n’arrivait pas à détacher ses yeux d’elle. Il avait l’impression de la voir pour la première fois et c’était un peu le cas. Pour la première fois, il la voyait comme une femme magnifique, à la chevelure brune et soyeuse, aux courbes généreuses et parfaites, au regard profond et aux lèvres sensuelles. Pour la première fois, elle n’était pas la petite gamine de son enfance. Mon dieu, il avait dû faire des choses horribles dans son ancienne vie pour mériter ça. D’abord, son père se faisait tuer devant ses yeux. Puis sa sœur se tuait en sautant d’un immeuble. Et maintenant, il venait de perdre la seule personne qui éclairait l’obscurité qu’était sa vie. Pendant des semaines, il voyait dans les messages de son inconnue, de Maxine, un moment de lumière, un moment de paix dans son esprit. Putain, elle aurait pu être n’importe qui, mais c’était la seule fille qu’il ne pouvait pas, dont il ne devait pas tomber amoureux. Il était au fond du gouffre, il ne voulait et ne pouvait pas l’emmener avec lui. Pour trois raisons. Elle était peut-être cette petite gamine chiante de son enfance, mais elle était surtout cette petite innocente. Elle n’avait pas besoin d’un poids mort dans sa vie. Deuxièmement, personne ne méritait d’avoir un mec instable, qui en l’espace de trois mois, c’était fait plus de personnes qu’il n’y a d’étoiles, juste pour faire taire la douleur dans son coeur. Troisièmement, Ezkiel le tuerait. Peut-être qu’avant la mort de Nini, il était un mec bien et qu’Ez aurait rêvé d’un mec comme lui dans la vie de sa sœur, mais là… non impossible. Il avait fait le bon choix. Pourtant, lorsque le poing de Maxine lui arriva sur la gueule, se ne fut pas à la tête qu’il avait mal, mais au coeur. Bordel, il croyait qu’il avait disparu avec sa sœur, mais c’était encore pire maintenant. Elle avait raison, mais il valait mieux qu’elle le déteste. Ses mots étaient comme des milliers de couteaux qui s’enfonçaient dans son corps. Il la regarda retourner dans son lit s’allonger. Il devrait partir. Pourtant, il voulait graver toutes les images dans sa tête. Il avait fantasmé sur l’inconnue pendant des semaines, c’était remémoré chaque moment de leur nuit et maintenant qu’il la voyait en vrai, il devait la laisser partir. Lorsqu’elle prit son téléphone, il savait déjà ce qu’elle était en train de faire. Elle faisait exactement ce qu’il aurait fait après une journée difficile. Lui envoyer un message. Et la réponse ne se fit pas attendre. Son portable vibra dans sa poche. C’était une mauvaise idée. Il aurait dû partir. Il n’aurait pas dû regarder son portable. Pourtant, c’était comme s’il ne commandait plus rien. Pourtant, là c’était peut-être la pire connerie qu’il est faite de la soirée. Putain. Non, elle pouvait pas faire ça. Ses frères allaient le tuer. « Tu peux pas faire ça putain. » Oh merde. Pourquoi il avait parlé ? Il aurait dû partir pourtant, il resta planter là et ouvrit la bouche. « Tes frères, ils s’en remettraient pas. T’es aussi égoïste que ça ? T’es déjà partie et Ezkiel, il était si malheureux et Liam, il me tuerait s’il savait que c’est de ma faute. Tu te rends compte ? Et moi, t’y penses ? » Merde. Pourquoi, il avait dit ça ? Il venait pas d’essayer de l’éloigner de lui. Il faudrait qu’il apprenne à réfléchir avant de parler. Qu’est-ce qu’il était censé faire ? Maintenant, qu’il avait dévoilé ce qui ne devait pas être dévoilé. Qu’il avait dit la pire connerie de sa vie. Fuir. Ouai. C’était bien ça. Et là, il fit ce qu’il aurait dû faire depuis le début. Il ouvrit la porte et la referma plus vite que l’éclaire, avant de traverser le salon, prenant une bouteille de whisky sur la table. Il aurait besoin de ça.
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxine Evans
I don't care, go on and tear me apart
Voir le profil de l'utilisateurhttp://askyfullofstars.forumactif.com/t2650-maxine-perfect-tonigservice of the queen, une des membres du staff !
► Mes messages : 1100
► La boite à cookies : 1766
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Originalité #1
6
service of the queen,
une des membres du staff !
le petit mot doux de Maxine Evans qui boit son thé le Mar 27 Fév - 19:15 ► réponds-lui !

♛ Je merde à chaque fois que je te vois

▼▲▼

Fuir. Tout quitter pour repartir voyager. T’as fait ça dès que tu as eu ta majorité, t’es partie alors que t’avais pas un centime, tes frères t’aidaient parfois, surtout Liam qui depuis sa petite notoriété envoyait des petites sommes sur ton compte en banque à plusieurs reprise, comme si tu ne voyais pas le montant final. Ils voulaient t’aider et être sur que tu ne manquais de rien parce qu’ils devaient regarder tes vidéos et ton instagram quand tu montrais tes repas ou les lieux ou tu dormais. Parfois tu tombais sur des gens adorables qui t’accueillaient ouvertement, t’offrant nourriture et matelas et aussi de quoi prendre une douche. Ils devaient flipper qu’ils t’arrivent quoi que ce soit, de tomber sur des pervers, des meurtriers. Mais toi t’es une aventurière et à chaque fois que tu ne vas pas bien tu te dis que tu te sentais mieux loin d’ici, que ‘chez toi’ n’avait plus vraiment de signification parfois.  Et ce soir c’est la même chose alors que Noan vient de te faire du mal. Il le fait exprès ? T’en sais rien mais te traiter de gamine après ce qu’il a fait, après t’avoir embrasser là devant ton lit, alors qu’il t’a prise et possédé durant toute une nuit. Même s’il ne le sait que maintenant tu ne peux que lui en vouloir. Il aurait pu simplement dire que c’était une erreur, que t’es la sœur d’Ezekiel et c’est tout, il n’était pas obligé de rajouter le reste dans ses propos haineux. Alors tu l’ignore, c’est mieux, tu lui demandes de partir et tu l’ignores pour t’allonger sur le ventre dans ton lit. Tu attrapes ton téléphone et tu envoies un message à l’unique personne qui pourrait comprendre, qui pourrait te parler et te changer les idées. « Tu peux pas faire ça putain. » Tu sursautes quand tu l’entends, tu te tournes vers lui et tu le vois avec le téléphone en main. « Tes frères, ils s’en remettraient pas. T’es aussi égoïste que ça ? T’es déjà partie et Ezkiel, il était si malheureux et Liam, il me tuerait s’il savait que c’est de ma faute. Tu te rends compte ? Et moi, t’y penses ? » De quoi ? Attends ! Deux minutes là ! Pourquoi il dit ça ? Pourquoi il a son téléphone en main au moment ou tu envoies ce message à ton inconnu… Contrairement à Noan, il ne te faut pas longtemps pour comprendre les choses et tu fais maintenant le rapprochement. Alors ce soir là, durant la soirée noire, le type qui t’a embrassé et avec qui tu as parlé toute la nuit.. C’était lui ? C’est pour ca que tu ressentais la même chose quand tu as couché avec Noan dans la boite de nuit, parce que c’était la même personne. Et il le savait ? Il savait que c’était toi par message ? Tu lui as envoyé des photos de toi, tu lui as surement avoué des choses que tu n’aurais même pas dit à tes frères comme cette envie de fuir et de quitter de nouveau le pays. Mais  tu n’as pas le temps d’accuser le coup et de répliquer qu’il a déjà quitté ta chambre. Tu sautes de ton lit, le téléphone à la main pour sortir de la pièce. Quand tu arrives au salon tu remarques que les deux blondasses ne sont plus là, bonne nouvelle au moins mais tu rattrapes rapidement Noan en t’attrapant par le bras. « Tu savais que c’était moi ? Tu savais que c’était moi aux sms ? » A vois sa tête, il semblait le savoir, ou alors il l’a comprit tout a l’heure. T’en sais rien mais ca ne change rien. Tu en reviens à ces propos par la suite.  « Qu’est-ce que ça peut te foutre que je parte ? J’suis partie pendant six ans, je peux parfaitement recommencer. Et toi… penser à toi.. ? Je croyais que j’étais qu’une gamine alors pourquoi je penserais a toi Noan ? t’es qu’un connard ! Tu fais du mal aux gens parce que tu souffres mais tu crois que c’est le meilleur moyen peut-être ? J’espère que ta sœur ne te voit pas de là ou elle est, et qu’elle ne s’inquiète pas pour son grand frère qui est devenu une épave ! » Tu as les larmes aux bords des yeux, tu te retiens pourtant. Tu relâches enfin son bras pour finalement lui montrer la bouteille de whisky qu’il a prise. « C’est ça le plan ? Te bourrer la gueule et t’envoyer en l’air ? Bah vas y, tu pourras peut etre rattraper tes deux blondasses ! » Que tu craches avec dedain. Mais t’essaies juste de ne pas montrer ce mal qui te ronge le cœur. Tu fais demie tour pour rejoindre ta chambre, mais sur le chemin tu ne peux que passer un revers de la main sur tes yeux pour en virer les quelques larmes rebelles.

CODAGE PAR AMATIS


_________________
    Baby, I'm dancing in the dark with you between my arms Barefoot on the grass, listening to our favorite song When you said you looked a mess, I whispered underneath my breath But you heard it, darling, you look perfect tonight
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
I don't care, go on and tear me apart
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui boit son thé le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas